Une histoire préméditée : Chapitre 91

* POINT DE VUE DE CHÉRINE *

J’ouvre les yeux. Vincent dort encore… Je lève les yeux en l’air, il doit être dix heures du matin… Je suis crevée ! Je relève ma tête du torse de Vincent tout doucement pour ne pas le réveiller. Je défais le drap et sors du lit, a pas de loup. J’attrape mon téléphone portable qui ne me sert qu’à avoir l’heure puisque je suis à la Réunion. Treize heures ! Oh mon dieu, je n’ai même pas vu le temps passer ! J’enfile le premier truc qui me passe sous la main : c’est-à-dire un sweater à Vincent et un bas de jogging qui m’appartient. Je sors de la chambre sans réveiller Vincent et descends dans le salon.

« Mattew- Hey.
Moi- Hey.
Mattew- Bien dormi princesse ? »

J’hoche la tête, il me prend dans ses bras et m’embrasse sur le front pour me dire bonjour.

« Moi- Ils sont où les autres ?
Mattew- Les parents d’Arthur sont sorties et Arthur, Julia et Tatiana sont allés au ciné.
Moi- D’accord.
Mattew- Au fait, tiens. Dit-il me tendant mon paquet de clope.
Moi- Merci !
Mattew- Je sors fumer avec toi si tu veux ?
Moi- Je veux bien, je n’avais pas envie d’être toute seule. Je ne me sens pas en sécurité en ce moment…
Mattew- Comment ça ?
Moi- Viens, on va dehors. »

On sort et ferme la porte. Je m’assois à même le sol, attrape une cigarette, puis mon briquet et l’allume. Ah, ça fait du bien ! Mattew rigole.

« Moi- Quoi ?
Mattew- Ça me fait rire, c’est tout. Dit-il avec un énorme sourire.
Moi- Pourquoi ? Dit-je en rigolant à cause de son air amusé.
Mattew- Tu te caches comme une gamine pour fumer tout et n’importe quoi. Et je suis ton complice à ça. De quoi tu as peur à ce que Vincent le sache ? Tu sais, il ne va rien faire. Enfin, pour la clope du moins.
Moi- Moins il en sait sur moi et mieux ce sera. Dit-je en tirant une taffe.
Mattew- Mouais. Je ne suis pas convaincu, moi. Avoue que tu le kiffes. »

Je rigole et lève les yeux en l’air pour ne pas lui répondre.

« Mattew- Bon et si tu me disais pourquoi tu ne te sens pas en sécurité ?
Moi- Je n’en sais rien. J’ai l’impression d’être suivie, épiée, presque tout le temps… Ça me terrifie si tu savais…
Mattew- Tu te fais des films, tu ne risques rien. Vincent, Arthur et moi on est là d’accord ? Personne ne te fera de mal ! »

Je soupire. Je sais bien qu’il dit ça pour me rassurer. Vincent à déjà fait la même chose. Mais ils sont impuissants.

« Mattew- Il dort encore hein ?
Moi- Oui. Dit-je en lui adressant un grand sourire.
Mattew- Et c’est pour ça que tu lui as piqué son sweater ? Rigole t-il.
Moi- Tu comprends vite. Dit-je d’un air satisfaite.
Mattew- Je vois, je vois… Mais t’as pas chaud sérieux ?!
Moi- Si… Mais je m’en fous. J’avais trop la flemme de m’habiller.
Mattew- T’habiller ?
Moi- Ce n’est pas parce que je me confie beaucoup à toi que tu dois chercher à tout savoir. »

Il me regarde, je lui souris, lui tend mon paquet de clope avec mon briquet, lui tire la langue et me lève.

« Mattew- Hé, mais tu vas où ?
Moi- Me changer… CURIEUX ! »

* POINT DE VUE DE VINCENT *

Un rayon de soleil m’éblouit. J’ouvre les yeux, suivie d’un bâillement. La porte s’ouvre, c’est Chérine.

« Chérine- Ah bah t’es réveillé, toi ?
Moi- À peine. Dit-je encore tout endormie. »

Elle me sourit.

« Chérine- Je vais me préparer, je reviens. »

Je lui souris. Je remarque alors que c’est mon sweater qu’elle porte.

« Moi- Hé mais c’est mon sweater ça ! Dit-je surpris. »

Elle rigole et me regarde avec un regard plein de malice. Elle attrape ses affaires pour aller se préparer et va pour quitter la pièce, mais je la retiens.

« Moi- Chérine, attends ! »

Elle se retourne.

« Chérine- Oui ?
Moi- Garde-le. Il te va très bien.
Chérine- Merci. »

Elle sourit et part, telle la démarche d’un chat. Gracieuse et discrète… Chérine quoi.

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire