Une histoire préméditée : Chapitre 62

Chérine revient avec une serviette blanche. Mattew enlève son tee-shirt, sous les yeux admirateurs de Chérine. Oui, il a un corps de rêve, tout comme moi… Mais moi, elle ne m’a jamais regardé avec autant d’admiration. Non, elle me regarde normalement. Enfin, c’est à peine si elle me remarque, j’ai l’impression… Mattew enlève aussi ses baskets et son pantalon, ne restant plus qu’en boxeur. Chérine lui donne la serviette et l’aide à se couvrir.

« Chérine- Ça va ? Tu n’as pas froid ?
Moi- Oh c’est bon, il fait quarante degrés là ! »

Je fusille du regard Mattew et Chérine et détourne le regard agacé.

« Chérine- Mais qu’est-ce que tu as ?
Moi- Rien, c’est bon. »

Je serre les poings et décide de rentrer m’installer devant la télé. Il faut que je me calme. Je suis énervé. J’entends de l’intérieur Chérine questionner Mattew, pour savoir « ce qu’il me prend ? » comme elle dit si bien. J’entends aussi la réponse de Mattew, un simple « je ne sais pas ». Pourtant, on se comprend en un regard d’habitude ! Il devrait savoir ! C’est mon meilleur ami quand même ! Ils rentrent dans le salon, Mattew déclare :

« Mattew- Bon, je vais prendre une douche, je me change et ça vous dit qu’on sorte un peu ?
Chérine- Euh… Si tu veux ! Pourquoi pas !
Moi- Il est dix heures du soir.
Mattew- À parce que tu ne sors plus passé dix heures du soir toi, maintenant ?
Moi- Le décalage horaire m’a tué. Demain.
Chérine- On a qu’à juste aller manger un morceau ? »

Je commence à réfléchir, mais mon ventre me trahit et se met à gargouiller. Ah le traître !

« Chérine- Tu vois, en plus tu as faim !
Moi- Hum… Bon, d’accord. »

Mattew part à la douche. Chérine saute sur le sofa blanc et s’assoit à côté de moi. Elle me regarde avec des yeux d’enfant et dit timidement :

« Chérine- Vincent ? Dit-elle gênée. »

Je tourne la tête et la regard. J’essaie de dissimuler ma colère et prends une voix douce :

« Moi- Oui ?
Chérine- Je… Euh… Dit-elle sans arriver à aligner une phrase correctement et rougit.
Moi- Hum ?
Chérine- Je peux dormir avec toi ? Mattew, je ne le connais pas plus que ça… Je veux dire, moins que toi et ça m’embêterait un peu… Alors que toi, je te connais et puis, je t’apprécie bien. On est amis. Plus amis que Mattew et moi… Dit-elle embarrassée. »

Ça me fait plaisir de l’entendre dire ça ! J’affiche un gros sourire que je n’arrive pas à cacher et dis :

« Moi- Bien-sûr ! »

Chérine rigole. Un silence prend place… Elle ajoute :

« Chérine- Par contre, ça fait plusieurs jours que je ne me suis pas changée ni douchée. J’aimerais bien prendre une douche et me changer. Mais…
Moi- Ah euh… Bah, tu sais quoi, va prendre ta douche, je m’occupe de trouver des vêtements !
Chérine- D’accord. »

Elle rougit, se lève et part dans la chambre qui a la salle de bain de libre.

« Moi- Chérine, attends !
Chérine- Oui ? Dit-elle en se retournant.
Moi- Euh… C’est quoi tes tailles ? »

Elle explose de rire et devient hyper gênée.

« Chérine- Euh…
Moi- Allez, je peux pas deviner moi !
Chérine- Je n’ai pas des mensurations de mannequin hein…
Moi- Dit-moi juste tes tailles. Je sais très bien comment tu es ! Dis-je en lui faisait un clin d’œil.
Chérine- En jean, du 36. En haut, du M.
Moi- Et, les sous-vêtements ? Dis-je d’une voix timide.
Chérine- Euh… D… Du 95C. Dit-elle avec une voix presque inaudible.
Moi- Je vais voir pour te trouver tout ça. Attends-moi dans la salle de bain VIDE. Dis-je en insistant bien sur le mot « vide ». Je n’ai aucune envie de la retrouver dans les bras de Mattew. »

Elle me sourit gênée, en signe « d’approbation », se retourne pour partir prendre sa douche, mais je la retiens de nouveau :

« Moi- Chérine, attends !
Chérine- Oui ? Dit-elle se retournant de nouveau vers moi.
Moi- C’est faux, je te trouve sublime. »

Elle sourit gênée et tourne le regard, manière de dire « mais bien-sûr »… Enfin, vous savez, cette façon dont les filles vous font comprendre que vous avez tort et qu’elles n’en croient pas un piètre mot ! Celle-là oui ! Puis elle part cette fois-ci, pour de bon, prendre sa douche. Je sors de la chambre, en me pressant, histoire de ne pas être trop long. J’emprunte l’ascenseur et descends au rez-de-chaussée. L’ascenseur est vide. En même temps, c’est normal vu que je suis au dernier étage ! C’est stupide. Je commence à descendre. 8…7…6…5..4…3…2... Les portes du premier étage s’ouvrent et deux filles me foncent dessus comme des malades ! ELLES SONT TAREES OU QUOI ?!

« Moi- OH ! »

L’une d’entre elle se retourne face moi, l’autre fille aussi. L’une d’elle ajoute, énervée :

« La 1er fille- a aRa ! » (Attention !)

Et voilà qu’elles ne parlent pas ma langue. Oh mon dieu…

La deuxième fille donne une claque sur l’épaule de l’autre fille et dit, semblant confuse :

« La 2er fille- Tatania !
La 1er fille- Julia ! (ça se prononce djoulia)
Julia- aita é pé’apé’a ! Dit-elle en me regardant avec un sourire aimable. » (Pas de problème)

Oh mon dieu, je ne comprends rien à ce qu’elle me raconte ! Les portes de l’ascenseur se referment. Avec un peu de chance, elles vont parler anglais !

« Moi- I don’t speak Tahitien, sorry. » (je ne parle pas Tahitien, désolé).

La fille, prénommée Julia éclate de rire et dit :

« Julia- Oh, sorry ! I don’t speak Tahitien me too ! » (Oh, désolée ! Je ne parle pas Tahitien aussi !)

Je reste surpris. Elle ne parle pas Tahïtien, mais elle a parlée tahitien deux minutes avant ? Je ne comprends rien !

« Moi- What language do you speak ? (Quelle langue parles-tu ?)
Julia- Me and ma sister, speak French ! » (Moi et ma sœur parlons français !)

Je fais les gros yeux et éclate de rire. Je me sens tellement idiot !

« Moi- Je parle français ! »

Les deux sœurs font les gros yeux. Elles éclatent de rire aussi, Julia répond :

« Julia- Oh, nous aussi ! Je pensais, enfin, on pensait que tu étais Tahitien ! Rigole t-elle.
Moi- Ah non, pas du tout ! »

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent, on descend tous.

« Julia- Je voulais m’excuser pour les paroles de ma sœur, car c’est elle qui t’es rentrée dedans et pas l’inverse. Mais elle est un peu têtue…
Moi- Ce n’est rien ! Dis-je en lui accordant un sourire.
Julia- Bon bah… Salut ! »

Elle se retourne et commence à partir avec sa sœur. Je les rattrape et leur demande :

« Moi- Attendez ! Vous pouvez me rendre un service ?
Julia- Tatiana, attends ! Dit-elle à sa sœur, pressée comme un lièvre. Lequel ? Dit-elle en me regardant.
Moi- Me prêter des vêtements féminins… »

Elles me regardent surprises. Je crois que je les ai perturbées ! Je rigole et dis :

« Moi- Non, non, pas pour moi !!!
Julia- Ah. Dit-elle semblant soulagée.
Moi- Pour une amie. Je te les rends demain, promis ! C’est juste que…
Julia- Qu’il est dix heures du soir et qu’il n’y a pas de boutique ouverte.
Moi- Exactement !
Julia- Bah, viens. Dit-elle en s’adressant à moi. Tatania, on remonte, allez viens ! Tu pourras te changer ! Et arrête de faire la gueule !
Tatiana- C’est vrai ? Dit-elle en se retournant avec un grand sourire.
Julia- Oui ! Il a besoin de vêtements pour une amie.
Moi- Vincent. Dis-je en leur faisant un clin d’œil.
Tatiana- Il fallait le dire tout de suite ! Allez viens !

Tatiana attrape ma main et me tire dans l’ascenseur suivie de Julia. Elles sont vraiment bizarres ces filles ! Des phénomènes haha !

Retrouverai-je Chérine et Mattew ensemble, en rentrant ? Julia et Tatiana ont l’air gentilles, mais le sont-elles vraiment ?

Cliquez ici pour lire la suite !

 

Laisser un commentaire