Une histoire préméditée : Chapitre 61

« Estelle- Tout le monde descend ! »

Je jette un regard par la fenêtre. WAOUH ! C’est splendide ! Mattew et Chérine restent tout aussi ébahis que moi. Un hôtel cinq étoiles, immense, avec un grand parking privé, une chaleur insoutenable à l’extérieur, avec un jardin fleuri magnifique. Une odeur de lait de coco parfume l’air, mmh… Je n’imagine même pas l’intérieur !

Nous descendons tous les quatre et rentrons par la grande porte. Estelle nous montre le restaurant, l’accueil, la salle de sport, la piscine publique de l’hôtel avec le grand jacuzzi et nous emmène jusqu’à notre chambre. L’ascenseur est en verre, on peut y voir l’extérieur, comme dans les films. C’est juste à couper le souffle ! Mes yeux pétillent, on descend au neuvième étage, à la chambre VIP.


« Estelle- Je vous présente votre lieu d’habitation pendant ces deux semaines ! »
Elle ouvre la porte, nous entrons. Ma première réaction est : « je rêve ? ». J’ai énormément de mal à croire que c’est la réalité ! On lâche nos sacs à l’entrée. Un salon avec écran plat, tout est entièrement en noir et blanc, ce qui donne un côté très chic. Les murs de l’extérieur sont en verre. Il y a aussi une baie-vitrée qui mène à la terrasse. Effectivement, vu que nous sommes au dernier étage, nous bénéficions d’une terrasse avec piscine personnelle ! Une piscine géante, avec une eau bleu foncé, quelques transats, avec aussi trois quatre palmiers. C’est vraiment beau. Je ne réalise toujours pas être ici. Notre lieu d’habitation en lui-même n’est pas bien grand, puisqu’il dispose que d’un salon, de deux chambres avec salle de bain et de la terrasse. Mais vu que nous disposons de la terrasse, ça rend tout de suite très grand !« Chérine- Waouh.
Estelle- De plus, vous pourrez dormir avec votre conjoint vu qu’il y a deux chambres ! Dit-elle, souriante. »

Chérine regarde Estelle gênée, elle rougit.

« Mattew- Oui, ça va être parfait ! On est ravis ! Pas vrai mon cœur ? »

Je manque d’éclater de rire. Haha, en plus Chérine devient vraiment très embarrassée.

« Estelle- Et puis, vous savez ici c’est plutôt des mini appartements, ce n’est pas vraiment des chambres. Il y a que des personnes aisées qui vivent ici. Dit-elle, accompagné d’un court silence, puis elle reprend : Bon, je vous laisse les clés. Un chauffeur est mis à votre disposition si vous avez besoin de sortir, c’est à dire moi. Néanmoins, vous êtes mineurs, alors vous n’aurez ni accès à l’alcool, ni aux boites de nuit, à moins d’être accompagné d’une personne majeure. »

Un peu plus et j’allais m’étouffer ! Ce n’est juste pas possible ça ! Je lance un regard craintif à Mattew. Il me comprend direct et dit :

« Mattew- Il y a moyen que l’on fasse une exception ? Je vais être majeur quelques jours avant la fin du séjour !
Estelle- Rappelez-moi toutes vos dates de naissance ?
Moi- Le vingt-huit février !
Mattew- Le jour de l’an.
Chérine- Le sept octobre…
Estelle- Pour monsieur Smith, ce sera possible. Pour vous, monsieur Visentini, je ne sais pas. Je verrai avec mon supérieur. Par contre, mademoiselle, ce ne sera pas possible. Je suis désolée. Néanmoins, je vais vous passer un badge ! Et vous messieurs, je vous en donnerai d’autres. Ils sont orangés pour les mineurs et bleu brut pour les personnes majeures. C’est plus efficace pour nous. »

Chérine hausse les épaules. Elle sait très bien qu’on la fera profiter quand même haha !

« Moi- D’accord, merci.
Mattew- Et il existe d’autre moyen d’avoir des badges que de les gagner en jouant au loto ?
Estelle- Oui, mais payant.
Mattew- Combien ?
Estelle- Un demi-million d’euros, l’année. »

Mattew s’étouffe, Chérine fait les gros yeux et j’éclate de rire à la vue de leurs têtes. Haha, vous auriez dû voir ça, c’était trop drôle !

« Estelle- Ici, c’est un lieu de personnes aisées, je vous avais prévenus ! Mais il y a plus de vieilles personnes qu’autres choses. Quelques hommes d’affaires et quelques femmes riches, mais très peu comparés au nombre de seniors !

Mattew- Effectivement…
Estelle- Je vous laisse. Au moindre problème, vous descendez à l’accueil me demander. Par contre, tous les matins, il y a les femmes de ménage. Il faut laisser la chambre de 12 heures à 13 heures le temps qu’elles finissent leur boulot !
Moi- Très bien ! »

Estelle nous adresse un sourire aimable et sort de la chambre. Mattew laisse apparaître un énorme sourire sur son visage, il est surexcité ce gars ! Il nous regarde, l’air béat et sort d’un ton serein, sans pression, calme :

« Mattew- On est à Tahiti ! Youpi ! »

J’éclate de rire et Chérine aussi ! Il n’y avait aucune joie dans ses paroles, pourtant il en déborde et ça se voit. Mais la manière dont-il l’a dit… Haha à mourir de rire ! Ce gars m’exaspère, j’en ai marre de lui !

« Chérine- Mddddr il est complètement déglingué ! »

Ça me fait plaisir de la voir sourire et rire. Elle était tellement mal dans l’avion… Je lui souris à mon tour. Soudain, sans savoir ce qu’il passe dans la tête de Mattew, il nous regarde, nous lance un grand sourire jusqu’aux oreilles, se met à courir sur la terrasse en rond, comme un chien qui court après sa queue. On se regarde avec Chérine, on éclate en fou rire et court voir ce qu’il part faire. Monsieur finit de tourner sur lui-même, titube une fraction de seconde, ce qui le fait trébucher et tomber dans la piscine. Imaginez juste la scène ! C’est à mourir de rire ! Ce gars est fou, il me tue avec ses conneries !

« Chérine- Oh mon dieu !!!! Dit-elle, se tordant de rire. »

Mattew remonte à la surfasse, avec un sourire con. Vous savez le genre de sourire presque niais, mais qui finalement fait encore plus niais et qui est à la limite du ridicule ? Ce sourire-là ouais ! Et il dit :

« Mattew- Je vous jure que c’était fait exprès !
Chérine- Arrête de parler crevette, viens plutôt te sécher ! Il fait chaud, mais il est dix heures du soir, tu vas attraper froid !
Mattew- Madame fait attention à moi ? Dit-il en sortant de l’eau.
Chérine- Bien-sûr monsieur. Dit-elle avec un petit sourire amusé. Bon, je vais te chercher une serviette, tu es trempé…
Moi- Il sort de l’eau en même temps. Dis-je froidement. »

Je suis énervé. Je ne sais pas pourquoi, mais ça m’énerve ! Pourquoi elle s’intéresse à lui ? Et puis, rien que le fait qu’ils ont dit « être ensemble » m’a énervé au plus haut point ! Même si je viens à peine de le remarquer… À quoi ils jouent ? Mattew n’a pas intérêt à tourner autour de Chérine ! Il cherche peut-être une petite amie, mais ça ne sera pas elle !

Cliquez ici pour lire la suite !

 

Laisser un commentaire