Une histoire préméditée : Chapitre 5

Vincent, bouge-toi ! Ça fait un quart d’heure que ton réveil sonne. Dit-elle en éteignant le réveil.
Moi- Je n’ai pas envie d’aller au lycée… Dis-je d’une petite voix.
Carole- Vincent ! Ce n’est pas parce que ton père…

Ce n’est pas puisque ton père est à l’hôpital que tu dois quitter le lycée ! Allez, grouille. Pense à lui un peu, tu penses qu’il aimerait te savoir ici à dormir, au lieu de t’instruire ? J’en doute. Donc, hop hop hop ! »

Je prends une profonde inspiration et me lève. Je regarde l’heure, il est sept heures vingt. Je pars dans la salle de bain me préparer, l’esprit pensif. Je descends en bas, j’attrape deux biscottes, que je garnis de confiture à la fraise, mmh ! Et un bon verre de jus de pomme. Adriana descend, en mode « ZOMBIE ». Pas coiffée, ni même habillée, avec le maquillage de la veille qui avait coulé.

« Moi- Bien dormi ? »

Elle ne prit même pas la peine de me répondre et se contenta d’un « mmh ». Je débarrasse et donne vite fait un coup d’éponge, sur la table et en allant jeter les miettes dans la poubelle, j’aperçois deux bouteilles de vin. Pourtant, dans mes souvenirs, personne n’est venu une fois que nous sommes rentrés de l’hôpital hier soir. Je ne m’attarde pas là-dessus et monte dans ma chambre faire mon sac de cours. Je prends mon téléphone, je regarde « 6 nouveaux messages ».

Screenshot_20160507-023859

Screenshot_20160507-024112

Screenshot_20160507-024214

Screenshot_20160507-024334

Screenshot_20160507-024440

Screenshot_20160507-024530

 

Je me demande bien de qui peut venir le 5ème message. Ce qui est sûr, c’est que c’est super gentil ! Heureusement que mes ami(e)s sont là… Puis, pour le 6ème message, je sais très bien qui c’est : Greg Buccio. Mon pire ennemi, mon rival, depuis le CP. Un vrai petit con celui-là. D’ailleurs, on s’est battus plus d’une fois lui et moi. Il cherche la merde, mais bon, je m’en bats les couilles complètement de ce petit morveux. Je prends une profonde inspiration, tous les messages de mes amies, même celui du numéro mystère me touche beaucoup. Je prends soin de répondre à tous mes messages, sauf au 6ème, puis j’enfile ma veste et attrape mon sac. Je toque à la porte d’Adriana, qui ouvre directement, sans adresser un mot. On sent bien cette tension qu’il y a… On sent cette tristesse qui règne à l’intérieur de la villa. Dans chacune des dix pièces de la maison, sans compter le jardin et la terrasse. On part direction le lycée. Une fois arrivé, Adriana part avec ses amies et je rejoins Mattew.

« Mattew- Alors, gros, ça va ?
Moi- Mouais. Dis-je en lui disant bonjour d’une poignée de main.
Mattew- Je suis passé devant une librairie… Ton père est à la couverture de tous les journaux… Le grand « Esteban Visentini à l’article de la mort, va-t-il s’en sortir ? ». Pathétique. J’espère que ces putains de journalistes ne vont pas venir jusqu’au lycée, pour faire leur job à la con et te traquer, tel une bête de foire.
Moi- S’ils le font, ils se lasseront bien. Ou au pire, je passerai de garçon connu à garçon célèbre, qui sait ?!
Mattew- Mdr ! C’est bien, positive ! Je suis sûr qu’il va s’en sortir. Il a gagné les plus gros combats internationaux, alors pourquoi il perdrait celui-là ?
Moi- Tu as sûrement raison. Je dois positiver !
Mattew- Ouais ! Bon, on rentre ?
Moi- Allez ! »

On entre dans le lycée, la sonnerie retentit au même moment. Je hais la sonnerie du lycée, pff ! Soudain, une main se pose sur mon épaule. Je me retourne et je vois, Lula Moreno. Lula est une fille de ma classe et sans mentir, elle a atterri dans mon lit plus d’une fois. Le seul problème, c’est que cette fille, c’est une pipelette. Elle jacasse sans arrêt, elle est même allée jusqu’à parler de la diarrhée qu’elle avait eu l’an passé. C’était juste… J’aurais clairement préféré être sourd à ce moment-là, que de devoir entendre ça ! Beurk.

« Moi- Lula !
Lula- J’ai su pour ton père. C’est passé à la télé ce matin… Je suis désolée, j’espère qu’il s’en sortira. Dit-elle en me prenant dans ses bras.
Moi- Ah… Euh… M… Merci. Ce n’est pas que, mais je dois y aller. Hein Mattew ?
Lula- Je viens avec vous ! Dit-elle en envoyant ses longs cheveux noirs en arrière.
Moi- Non, mais on doit parler d’un truc privé… Tu… Non, tu ne peux pas venir !
Lula- C’est quoi ce truc privé ?
Moi- Bah, si c’est un truc privé, c’est que c’est privé.
Lula- Oui, mais c’est quoi ? Dit-elle en souriant.
Moi- Si c’est privé, c’est qu’on ne peut pas en parler ! Dis-je exaspéré.
Lula- J’ai compris ! Mais c’est quoi ?
Moi- Tu sais ce qui me fera vraiment plaisir ? Tu vois le garçon, là-bas, avec des lunettes, un peu potelé, tout au bout du couloir ? C’est que tu l’embrasses ! Il attend que ça ! Et puis, je serais tellement heureux pour lui.
Lula- T’es sûr ? Bah… Euh… D’accord ! Dit-elle en partant vers le garçon.
Mattew- Tu le connais, le gars ?
Moi- Non, mais sinon elle m’aurait tenu à la jambe deux ans. Dis-je en rigolant. »

Lula, en dehors du fait qu’elle soit pot-de-colle, chiante, qu’elle jacasse sur des choses complètement inintéressante, elle est sympa. Et c’est un bon coup aussi. Il ne vaut mieux pas la fâcher, c’est préférable. Mattew et moi partons en cours, deux heures d’histoire géo un mardi matin… Ça me va, moi ! J’ai toujours aimé l’histoire géo, ainsi que les mardis. Avant de rentrer, j’aperçois cette abruti de Greg, de dos. Je m’avance doucement, sans un bruit…

« Moi- Ça, c’est pour le message de ce matin, enfoiré ! Dis-je le plaquant contre le mur et en lui mettant un coup de poing en pleine figure. »

J’ai dit que je m’en battais les couilles, de ce morveux, mais je n’ai jamais dit que je ne lui ferai pas payer. Il a joué, il doit payer. J’entre dans la salle de classe, en jetant un bref coup d’œil à Greg, qui lui, éponge le sang coulant de son nez.

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire