Une histoire préméditée : Chapitre 2

Adriana et moi arrivons devant le lycée. Elle part immédiatement rejoindre ses amies sans prendre la peine de m’adresser la parole. Pas un mot, ni un bruit, le silence total. Elle est comme ça, Adriana, elle se vexe à une allure fulgurante ! Elle est très susceptible, comparé à moi qui est toujours sur la déconnade. Soudain, j’entends quelqu’un, hurler au loin « Oh Visentini ! »

je me retourne un peu intrigué et vois Gwen s’avancer, dans ma direction.

« Moi- Gwen ?
Gwen- Quoi ? Qu’est-ce qui a ? On dirait que tu as vu un fantôme ! Ça va ?
Moi- Ouais, ouais, c’est juste que… Je suis surpris !
Gwen- Surpris ? Je ne savais pas que Mr Vincent Visentini pouvait être surpris par une simple fille.
Moi- Arrête, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire ! Qu’est-ce que tu fiches ici ?
Gwen- J’ai déposée ton abrutie de meilleur ami. Monsieur a loupé le bus, ce matin.
Moi- Ah je comprends mieux ! Tout s’explique. Sinon, ça va, toi ? Ça fait un moment que je ne t’ai pas vu, toujours aussi canon d’ailleurs…
Gwen- Hé ho, du calme l’étalon. Je te prie de bien vouloir garder tes méthodes de drague, à la noix, pour une fille autre que moi.
Moi- Oh ne t’inquiète pas. Je ne vais pas me taper la sœur de mon meilleur ami, quand même ! Même si j’avoue que… Enfin, on sait, toi comme moi, que tu ne me laisses pas indiffèrent.
Gwen- Aucune fille ne te laisse indiffèrent Vincent. Dit-elle en riant et en envoyant ses longs cheveux blonds, en arrière. Bon, je ne vais pas te retenir plus longtemps, donne juste ça à Mattew. »

Elle me tandis un bouquin de Mathématiques et d’un revers de talon, partit. Je rentre dans l’enceinte du lycée, fait quelques pas et sans-même avoir le temps de dire  » ouf  » que la sonnerie retenti. Je traverse les longs couloirs jusqu’à ce que j’arrive devant ma salle de cours. Les autres élèves sont déjà rentrés, je suis en retard, pour ne pas changer mes vieilles habitudes. Je frappe, le sourire aux lèvres.

« La professeure de français- Entrez !
Moi- Oh, vous m’avez manqué madame Elix ! Dis-je en rentrant.
La professeure de français- Veuillez cesser votre insolence Visentini ! Puis-je savoir, la raison de votre retard ? Vos camarades étaient à l’heure, eux !
Moi- Madame, je ne suis pas  » eux « , je suis moi. Dis-je en souriant.
La professeure de français- Assez bavardé ! Allez-vous asseoir, DANS LE CALME, s’il vous plaît. Quant aux autres, SILENCE ! Merci. »

Je lui ris au nez et pars m’asseoir au fond de la salle, à côté de Mattew. Je lui serre la main, déballe mes affaires sur la table et lui tends le livre que sa grande sœur m’a donné tout à l’heure.

« Moi- C’est Gwen qui m’a filé ça.
Mattew- Oh, merci ! Je l’avais oublié dans la bagnole.
Moi- J’en connais un qui a fait ses exercices en voiture ptdr!
Mattew- Ouais, ouais mdr ! Sinon, ça va ?
Moi- Tranquille et toi ?
Mattew- Nickel ! Tu as bien dormi cette nuit ?
Moi- Trop bien. Pour une fois que je passe une nuit complète.
Mattew- T’es pas sorti ? Tu n’as pas vu de fille ?
Moi- Non, j’avais besoin de dormir. T’es ouf toi ! T’imagines je ferais ça tous les soirs ? Je vais finir par crever de manque de sommeil !
Mattew- Allez ne le fais pas à moi ! C’était qui hier ? Une blonde, une brune ? Petite, grande ? Ne vas pas me dire que tu t’es fait une petite jeunette de quinze ans, mec ?!
Moi- Arrêtes tes bêtises couillon ! Il y a eu personne je te dis. Et alors, au fait, cette nouvelle ? Tu sais comment elle est ? Quand est-ce qu’elle arrive ?
Mattew- Aucune idée, on verra bien. »

Je me mets à rire, quand soudain, Mme Elix me coupe dans mon élant.

« La professeure de français- Ça va je ne vous gêne pas trop les garçons ? Je vous ramène le thé et les petits gâteaux aussi ?
Moi- Ouais, mais je veux bien un café à la place du thé et vous mettrez deux sucres ! Et puis, pas la peine de ramener les petits gâteaux, on a bien déjeuné, ce matin.
Mattew- Ah et si vous pouviez vous taire deux minutes pour que l’on puisse finir notre conversation, ce serait PARFAIT.
La professeure de français- ASSEZ ! Rangez vos affaires et allez chez la principale ! Vous lui expliquerez vous-même quel vaut l’honneur de votre visite, aujourd’hui.
Moi- Mais avec plaisir ma jolie. Dis-je en lui faisant un clin d’œil.
La professeure de français- Alexia, accompagne-les s’il te plaît, merci. »

Mattew et moi nous levons et partons, accompagné d’Alexia, chez la principale.

« Alexia- Vous abusez les gars, sérieux quoi !
Mattew- Oh, ça va, on rigole.
Alexia- On a le bac cette année ! Ce n’est pas le moment de déconner. Surtout toi, Mattew. Au pire, Vincent il s’en fout, il fait des études, juste histoire d’avoir quelque chose en poche, car il sait très bien qu’il vivra grâce à la boxe, mais toi, c’est autre chose. »

Alexia est une amie, elle fait partie de notre bande de pote à Mattew et moi. Elle est blonde, assez petite de taille (1m60), yeux marron. Elle est très jolie, mais elle ne finira jamais dans mon lit, car mademoiselle aime les filles et non les gars, dommage. On finit par arriver chez la principale, elle nous reçoit, nous fait la morale pendant une quinzaine de minutes qui m’ont semblé duré une éternité, puis on en est sortis avec une journée d’exclusion. Donc, on a notre journée de libre ! Mattew et moi nous asseyons devant le lycée, sur un banc.

« Moi- Hé regarde là-bas, elle est pas mal, elle, non ?
Mattew- Qui ? La grande, avec les cheveux roux ? Bof.
Moi- Et elle, là-bas ? La grande, brune.
Mattew- Elle est mignonne, mais on peut parler d’autre chose que de filles Vincent ? Sérieusement, Alexia n’a pas tort… Je ne peux pas continuer comme ça, je veux avoir mon bac moi. Toi, tu t’en fous, mais moi, c’est mon avenir que je construis ici. En plus, je vais me faire tuer par mes parents…
Moi- Oh, ça va ! On se tiendra tranquilles pour se faire un peu oublier.
Mattew- Tu rigoles ? Toi, Vincent ? Vincent Visentini ? Toi, te tenir tranquille ? Laisse-moi rire ! C’est impossible, gros ! Je te connais depuis la maternelle et en quatorze ans tu ne t’es jamais tenu tranquille ! Oh, quatorze ans !
Moi- Mdr arrête ! J’en suis capable, je te dis ! Au moins cette semaine !

Mattew- PTDR ! On parie ?
Moi- Et on parie quoi ?
Mattew- Sais pas.
Moi- Que tu me laisses la nouvelle !?
Mattew- Allez, on parie ! »

Mattew me check. Le pari est donné, je dois rester une semaine tranquille au lycée, sans avoir d’embrouille avec les profs ou quiconque, sous peine de devoir lui laisser champ-libre avec la nouvelle qui devrait venir courant de la semaine. Soudain, j’aperçois une magnifique fille aux cheveux longs, noir, qui lui arrive jusqu’au-dessus des fesses, de taille moyenne (au environ d’1m65), marcher avec assurance jusqu’au lycée, mais bizarrement… Je ne l’ai jamais vue, pourtant, je remarque toujours les filles magnifiques, comme elle.

« Moi- Hé gros ! Regarde la meuf là-bas ! C’est un putain de canon, il me la faut !
Mattew- Aïe aïe aïe, elle envoie du lourd, putain !
Moi- Je ne l’ai jamais vue au lycée…
Mattew- Moi non plus, mais qui te dit qu’elle est à ce lycée ?
Moi- Bah elle va rentrer, regarde ! »

Soudain, la magnifique inconnue s’arrête nettement devant la grille du lycée. Elle regarde les alentours et à travers les barreaux, mais finit par s’asseoir sur le petit muret.

Pourquoi ne rentre-t-elle pas ?

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire