Une histoire préméditée : Chapitre 19

« Moi- Ma petite journaliste ?! Dis-je, en regardant fixement C et Logan.
Logan- Oui, elle écrit. Elle voudrait devenir journaliste. Ce qu’elle écrit est formidable !
Moi- Ah bon ? Dis-je, en regardant avec insistance C.
C- Bah oui ! Dit-elle, en se levant.
Noah- Et donc, parle-nous, de toi. Au final, on ne te connaît pas.
C- Il n’y a rien à savoir, de moi.

Mattew- Logan, elle était aussi bizarre, lorsque tu es resté, avec elle, l’autre fois ?
C- En quoi suis-je bizarre ?
Mattew- Bah, ch’pas. Tu es tellement bizarre.
C- Pourquoi me trouvez-vous bizarre ?
Mattew- On ne sait rien de toi !
C- Et alors ? C’est pour ça que je suis bizarre ? Et bah dis donc… Vive la mentalité ! Oh, les gars, on n’est plus au collège ! Grandissez un peu.
Noah- Pourquoi « C » ?
C- Parce que.
Mattew- Ne fais pas ta fille mystérieuse ! Tu peux au moins nous dire ça.
C- Parce que, c’est la première lettre, de mon prénom, voilà.
Moi- Si l’un d’entre nous, trouve ton prénom, tu joues le jeu et tu nous dis, si c’est ça ?
C- Mmh… D’accord !
Noah- Joue vraiment le jeu, hein !
C- Je suis une joueuse. Sauf que, ça m’étonnerait que vous trouviez. Ce n’est pas un prénom commun.
Moi- Logan, le connait ?
Logan- Peut-être, peut-être pas. Je ne dirai rien.
Noah- Logan peut être une vraie tombe, lorsqu’il est décidé ! Et là, on dirait bien, qu’il l’est. On n’obtiendra rien de lui. Il faut trouver de nous-même.
C- Tu as tout compris, Noah !
Moi- Combien de lettres ?
C- Mystère.
Mattew- Allez, dis-nous !
C- J’ai dit, mystère ! Dit-elle en haussant la voix.
Mattew- Oh, du calme. Ça va, hein.
Logan- Et les gars, le coach nous fait signe de bouger ! Il a les résultats, on bouge !
C- Allez, j’ai hâte de savoir, bougez ! »

Alexia, n’a rien dit. Elle n’a pas l’air d’apprécier, que Logan, parle à C, ou bien, je ne sais pas, mais je ne l’ai pas sentie bien, ça c’est certain ! Elle est peut-être réglée ? Elle est toujours bizarre, lorsqu’elle a ses règles, Alexia. Logan, Mattew, Noah et moi partons nous rassembler, avec le coach et les deux autres personnes, pour savoir, qui est sélectionné ! Le suspense est à son plein, lorsque soudain, le coach annonce le prénom des deux sélectionnés… Qui sont… Noah et moi !!! On se met à hurler, à sauter partout, comme deux enfants, pendant que les autres ont cet air déçu sur le visage. Cela m’attriste, un peu, que Logan et Mattew n’aient pas été pris. Mais bon, j’ai été pris, c’est l’important ! Même si ça peut paraître égoïste, de penser comme ça, mais soyons honnêtes, nous sommes tous humains, nous pensons donc tous comme ça ! Un sourire malicieux, se dessine, sur mon visage et je chuchote d’une toute petite voix « Tu peux être fier de moi, papa » .

« Noah- Tu as dit quelque chose ?
Moi- Non, non. Dis-je, en souriant.
Mattew et Logan- On est super content pour vous, bravo ! Vous le méritez, amplement.
Noah et moi- Merci les gars ! Désolé pour vous, vous le méritez aussi. »

Maintenant que c’est fini, comme je l’ai dit, à Mattew, tout à l’heure, il est grand temps que je rentre chez moi, enfin.

« Moi- Mattew… On va voir Alexia, je vais lui dire au revoir. Je vais y aller.
Noah- Déjà ? Mais il faut fêter ça !
Moi- Non, non les gars, une prochaine fois, désolé.
Mattew- Halala… Allez, venez les gars, on va rejoindre ces demoiselles, qui nous attendent. »

Tout foufou, on part rejoindre les filles. Alexia se lève et nous prend tous un à un dans ses bras, en guise de « félicitations » pour les gagnants et de « consolations » pour les perdants.

« Moi- Je vais y aller…
Alexia- Bah, déjà ?
Moi- Oui, je suis désolé, vraiment…
Alexia- Tu ne veux pas fêter ça ?
Moi- Une autre fois. D’accord ?
C- Waouh. Si je m’attendais à ça… Dit-elle, surprise.
Moi- Qu’est-ce qui a ?
C- Je ne savais pas que tu étais un aussi bon boxeur, premièrement. Donc, félicitations… Bravo. Et ne t’attends pas, à ce que je te fasse d’autre compliment ! Je ne suis pas ce genre de fille. Chez moi, les compliments sont rares. Bref, là n’est pas ce que je voulais dire. Tu ne vas pas fêter ça ? Je ne pensais pas que… Enfin… Je pensais que tu étais le genre de gars, à célébrer, ce genre de choses…
Moi- Pas cette fois. Je ne peux pas rester…
Mattew- Bon, bah, mon gars, rentre bien ! Nous, on va aller boire un coup, pour fêter ça ! Je vous invite tous ! Toi aussi, mademoiselle la mystérieuse. Dit-il, en lui faisant, un clin d’oeil.
Moi- Je vais me changer, récupérer mes affaires et y allez. Buvez pour moi !
Noah- Compte sur-moi !
C- Je suis désolé… Euh, Mattew, c’est ça ?
Mattew- Oui, Mattew !
C- Je ne vais pas pouvoir venir, non plus.
Mattew- Tu es sûr ?
C- Certaine, désolée.
Mattew- Une prochaine fois ?
C- Non merci !
Mattew- On pourrait faire autre chose. Se balader, ou je ne sais pas ?
C- J’ai dit non ! Dit-elle, en le foudroyant du regard.
Alexia- Oh, le vent ! Dit-elle, en éclatant de rire. »

Tout le monde se met à rigoler. Je salue d’une main tout le monde, et je pars dans les vestiaires me changer. Je récupère mon sac et sors de la boxe. Les autres sont encore à l’intérieur, tous, à l’exception de C, qui elle, se trouve devant moi.

« Moi- Déjà sortie ?
C- Il paraît, oui.
Moi- Qu’est-ce que tu fais là ?
C- Je t’attendais… Dit-elle en baissant la tête.
Moi- Euh… Je ne peux pas rester, vraiment. »

C’est bizarre. Pourquoi m’attendre ? Un jour elle m’envoie balader et le lendemain elle me court après. Avouez que ce n’est pas dans la logique des choses ! Et puis de 1) Je ne peux vraiment pas rester. De 2) J’ai perdu mon pari… Je dois donc laisser C à Mattew. Je suis dans l’interdiction, de la draguer et même si c’est une très belle fille, je ne peux pas.

« C- Tu as bien dit, que tu devais aller quelque part ?
Moi- Oui… Pourquoi ? Dis-je méfiant.
C- Dans ce cas, je t’accompagne !
Moi- Tu as refusé d’aller avec les autres, pour m’accompagner ?
C- C’est un problème ?
Moi- Pas vraiment.
C- Et puis-je savoir où allons-nous ?
Moi- Chez moi ! Dis-je en rigolant. Mais, tu n’entreras pas. Je te préviens.
C- Je ne compte pas entrer. Rassure-toi.
Moi- Clémence ? Clarisse ? Clara ?
C- Hein ?
Moi- Je cherche ton prénom !
C- Ce n’est aucun des trois ! Dit-elle en éclatant de rire.
Moi- Haha, je cherche, je cherche. Par contre, on commence à y aller, on peut toujours parler en marchant…
C- D’accord ! »

On commence à avancer. Si on ne prend aucun transport, on en a pour une heure trente de marche ! Eh bien, que je ne suis pas le gars qui aime le plus marcher, on ira en marchant. Tout simplement, car c’est plus long et qui dit plus long, dit plus de temps à parler et qui sait, peut-être en savoir plus, sur elle.

« Moi- Cathie, Cassandra ?
C- Non et non.
Moi- Euh… Chloé ? Clara ?
C- Non et l’autre tu l’as déjà dit et je t’ai dit non. Dit-elle, en souriant.
Moi- Christelle ?
C- Non. Toujours pas.
Moi- Arg, j’ai plus d’idée !
C- Mon prénom, n’est pas un prénom commun, je le répète…
Moi- Je ne connais pas de prénom pas commun, à ce que je sache.
C- Laisse tomber, alors. Dit-elle me faisant un clin d’œil.
Moi- Ne rêve pas, ne rêve pas… Dis-je d’un ton ambitieux. Alors, comme ça, tu écris ?
C- Oui, j’aime bien.
Moi- Tu es douée ?
C- Pas à ce que je sache. Même si Logan te dira que oui.
Moi- Tu l’aimes bien Logan ?
C- Il est gentil, oui.
Moi- Tu as raison, c’est un bon gars.
C- Je n’en doute pas. Sois en certain.
Moi- Arrête-toi, deux secondes. Attends, regarde-moi. Dis-je en m’arrêtant et en la stoppant.
C- Quoi ?
Moi- C’est fou, tes yeux sont vraiment magnifiques… D’un bleu océan… Piouf… Je savais qu’ils étaient beaux, mais là, waouh… Et non, je ne te drague pas ! Ne t’inquiète pas, hein. Dis-je en me reprennent.
C- Ah… Euh… Merci. Dit-elle un peu déstabilisée. C’est bizarre quand même.
Moi- De quoi ?
C- Bah, tu me dragues, après, tu me fuis. Ensuite, tu te laisses approcher et tu me complimentes, tout en insistant que tu ne me dragues pas. Pourquoi, tu m’as draguée et pourquoi as-tu arrêté ? Ai-je enfin réussi à te faire comprendre, que je n’aime pas les gars comme ça ? Je ne savais pas que tu étais aussi intelligent, ça me plaît bien, à moi. Dit-elle, en m’adressent, un grand sourire. »

Bon, je ne vais pas lui dire, que c’est parce que j’ai fait un pari et que j’ai perdu. Et puis, bon, maintenant que je dois la laisser à Mattew, ça pourrait être une amie ? Je n’ai jamais eu d’amie fille, mis à part Alexia, mais elle, elle est lesbienne, donc, ça ne compte pas. Ce serait une grande première ! Et ça peut être bien.

« Moi- Ne pas se fier aux apparences…
C- Sept lettres.
Moi- Hein ?
C- Mon prénom comporte sept lettres.
Moi- Pourquoi me donner un indice, maintenant ?
C- Parce que tu te donnes du mal pour trouver mon prénom. Que tu t’intéresses à moi et que tu es quelqu’un d’autre, que le gars à meuf, que tu laisses paraître. J’aime bien ce gars-là, moi.
Moi- Qui te dit que je m’intéresse à toi ? Je ne m’intéresse pas, à toi, déjà.
C- Arrête de faire le gars matcho ! Pff. Dit-elle, en tournant la tête, comme si, qu’elle était exaspérée par mon comportement.
Moi- PFFF ! Dis-je plus fort. (Juste histoire de faire chier le monde !).
C- Tu as retenu que j’aimais écrire.
Moi- Et alors ?
C- Notre cerveau retient que les trucs, que l’on veut lui faire apprendre, ou qui nous semblent importants.
Moi- C’est peut-être une coïncidence.
C- Il n’y a jamais de coïncidence avec ce genre de choses.
Moi- Bah si, la preuve, quand j’essaie d’apprendre mon devoir d’histoire, je veux hein, mais mon cerveau, il ne veut pas. Pourtant, je veux. Donc tu vois, ça ne veut rien dire.
C- En vrai, tu en as rien à foutre, de l’histoire. Et même si tu essaies de te persuader du contraire, ton cerveau le sait, donc il n’enregistre pas.
Moi- Peut-être.
C- C’est sûr.
Moi- On est arrivés, c’est celle-ci. Dis-je, en m’arrêtant, devant chez moi.
C- Jolie maison.
Moi- Merci beaucoup ! Tu arriveras à retrouver ton chemin, toute seule ?
C- Je pense… Au pire des cas… Non rien, oublie. C’était stupide. Je vais y arriver !
Moi- Si, si, dis-moi !
C- J’allais dire, que tu n’aurais qu’à me passer ton numéro de portable, au moins, si je me perds, je t’appelle et tu me guideras. Tu connais bien, vu que tu fais le chemin souvent…
Moi- Bonne idée !
C- Non, mais laisse, je vais y arriver.
Moi- Non, non, j’insiste. Puis, on ne sait jamais, avec tous les barges, qui traînent !
C- Bon, bah… Dans ce cas, tiens. Dit-elle en sortant un bout de papier et un stylo de son sac et se mit à griffonner son numéro de portable sur le papier, qu’elle me tendit.
Moi- Merci ! Bon, bah, salut. Je t’envoie un message, comme ça tu as mon numéro, au cas où.
C- Salut ! Dit-elle en me faisant un signe de la main, et partit. »

C pourrait-elle devenir une amie ? Comment ma mère va-t-elle réagir, en me voyant de retour ? Que diront-elles ? L’enterrement qui a lieu le lendemain, va-t-il se passer de manière correcte ?

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire