Une histoire préméditée : Chapitre 137

Point de vue de Chérine :

Partie.
Il est parti.
Dites-moi que c’est faux,
Faites taire mes maux.
Dites-moi qu’il n’a pas souffert.
Dites-moi qu’il n’ira pas en enfer.
« C’était un bon gars vous savez !
Alors, dites-moi pourquoi la mort la emportée ?
Il avait une famille, des amis, une copine.
Il était intelligent, loyale, respectueux, un peu déprimé sur les bords.
C’était un frère, un véritable ami, un confident, quelqu’un sur qui on pouvait compter.
Dites-moi qui sera là pour moi, pour me rassurer ? Qui sera là pour m’aider à gérer mes conflits et mes peurs ? Qui sera là pour m’aider à parler de mes craintes sans l’être que j’aime ? Qui sera là à par lui ? Et lui, où est-il à présent ? »

Je ne sais pas.
Je ne sais pas et je crois que personne ne le sait, sauf ceux qui nous ont déjà quittés.
Il est parti, c’est tout ce qu’on a su me répondre et c’est tout ce que je saurais répondre moi aussi.

Vincent me sert contre lui, choqué, nous pleurons dans les bras l’un de l’autre cherchant à combler ce vide qu’il a laissé, sans que nous puissions comprendre ce qu’il s’est passé.

*Point de vue de Vincent*

« Moi- J’ai besoin de toi Chérine…
Chérine- Moi aussi Vincent… »

Je me hais. Je me hais de nous avoir tous amené à cette soirée, je me hais de ne pas avoir été prévoyant, j’aurais dû faire attention à nous, à lui surtout. J’aurais dû dire « personne ne prend le volant ce soir », j’aurais dû me méfier, j’aurais dû sentir que quelque chose aller mal tourner au lieu de me bourrer la gueule comme je l’ai fait. La dernière fois que la mort à faillit nous emportait Chérine et moi, j’aurais dû l’écouter. J’aurais dû en rester là avec l’alcool et tout le tralala. Mais non. Non, non, non, j’ai fini par continuer ! Pourquoi le besoin de s’amuser est-il si fort ? Si entraînant ? Et si au final ce n’était pas le besoin de s’amuser qui était dangereux, mais plutôt le manque de maturité que nous y laissons ? Pourquoi la faute devrait être celle de l’alcool ? C’est nous qui sommes coupables, c’est notre manque de maturité à la con !
Nous avons été insouciant et cette nuit l’un des nôtres nous a quitté. Il est parti comme mon père et je ne les reverrais plus jamais.
C’est comme si que des vieilles blessures s’ouvraient de nouveaux, je sens mes plaies pourtant cicatrisés me brûler une nouvelle fois.
J’aurais dû profiter de sa présence plus longtemps, mais au lieu de ça je me suis contenté de lui faire la guerre pour ma sœur, alors qu’au final c’était un bon gars. J’ai été égoïste et ça m’a coûté du temps, un temps précieux pour une vie trop courte.
À trop l’avoir haïe pour des choses qui n’en valaient pas la peine, je me hais à mon tour.
Beaucoup trop con, égoïste et immature !

Aujourd’hui il n’est plus là, nos cœurs hurlent de rage, une rage cachant une profonde tristesse.

Je le connais depuis des années, nous avons grandi ensemble, nous avons combattu ensemble, nous n’avons peut-être pas été les meilleurs amis du monde comme Mattew et moi, mais c’était mon pote. Un pote auquel je tenais beaucoup plus que je ne le pensais, mais c’est qu’une fois trop tard que je me mets à la réaliser.

Il est parti, il nous a laissé, la mort l’a emportée, il nous a quitté.
Ce n’est pas un rêve, ni une farce, nous avons été dindons et payons le prix imposé.

« Nous avions le choix de prendre conscience des choses, grâce à notre inconscient, mais nous l’avons tous ignoré.
Maintenant que nous payons, nous voulons tout réparer, mais pour Logan c’est déjà trop tard, alors nous avons encore un choix : recommencer les mêmes erreurs ou agir en conséquence, ne baissons pas les bras, il y en a encore d’autres à sauver. »

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire