Une histoire préméditée : Chapitre 134

Point de vue de Vincent :

On avait rendez-vous avec les jumelles aujourd’hui à la boutique de mariage, mais Chérine et moi avons convenu de leur dire au dernier moment que nous les attendons à l’aéroport. Ça doit faire vingt minutes que nous attendons et on vient de recevoir un message, elles ont débarqué ! Elles sont là ! À Paris !
Je les cherche du regard…

« Chérine- Elles sont là !!! »
Je tourne la tête en regardant la direction que Chérine pointe du bout de son doigt, les jumelles nous repèrent au même moment, elles se mettent à courser droit sur nous, on court nous aussi, pour leur sauter dessus, bousculant les gens qui se trouvent sur notre chemin et nous voilà dans leurs bras, à hurler de joie, une joie vive et intense s’empare de nous, mélangé aux larmes de nos retrouvailles.

« Julia- Putain je rêve, je rêve, je rêve !!! »

On se met à éclater de rire puis on se fait un énorme câlin collectif. C’est complètement dingue la relation qui nous lie, on a créée un véritable lien d’amitié, quelque chose de puissant, elles nous ont aidés à remonter la pente, c’est les premières personnes que l’on a vu lorsque nous nous sommes dépatouillés de l’enfer dans lequel nous étions prisonniers, deux êtres complètement paumés, à la dérive, perdues entre une soif de vivre et l’envie de mourir, le traumatisme qui nous tenait enchaîné. Nous étions devenues les esclaves modernes, nos chaînent n’étaient pas à nos pieds, mais dans nos têtes, ils avaient fait de nous des pantins, des êtres ce sentant inférieur, soumis, malheureux… Mais elles nous ont aidés. Grâce à elles, nous sommes rentrés saint et sauve à la maison et maintenant elles sont là, dans nos bras… C’est merveilleux.

« Moi- Félicitations à la futur marié !
Chérine- Félicitations ! »

Entre les sourires et les rires, nous empruntons les transports en commun en direction de la boutique de mariée. Ça nous touche à Chérine et moi de savoir que la robe qu’elle portera nous l’aurons aidé à la trouver.
Perdu dans une longue discussion sur le départ à l’armé d’Arthur (le copain de Julia) et la grossesse de Chérine, on arrive à la vitesse de l’éclaire.

« Tatiana- Elle est dingue votre histoire quand même…
Chérine- Oh oui…
Julia- Du coup, vous allez faire comment pour l’élever ? Vous êtes jeunes quand même… 18 et 17 ans c’est ça ? »

On approuve d’un hochement de tête et hésitions à répondre. Nous ne savons pas…
En vue du silence, Julia comprend le malaise et change de sujet de conversation.

« Julia- On rentre ?
Tatiana- Allez ! »

On rentre dans la boutique, assez grande, très illuminé, des robes en expositions, waouh, ça envoie !
Julia se présente à la vendeuse, qui doutent un peu de sa crédibilité sûrement dû à son jeune âge, mais qui en regardant dans la prise de rendez-vous finit par y croire. Elle explique clairement ce qu’elle fait, serré en haut, évasé en bas, une robe de princesse blanche ou couleur pastel en toile !
Après cinq, six essayages (un véritable sport si vous voulez son avis haha) elle trouve enfin la perle rare !

« Julia- C’est celle-là que je veux !
Chérine- Elle te va super bien !
Tatiana- Aaaaah ma sœur va se marier !!! Oh non je vais pleurer… »

Tout le monde regarde Tatiana du genre « quoi sérieux ? Là, maintenant ? » mais aucun de nous a le temps de poser la question que des larmes coulent déjà sur ses joues.

« Julia- Oh non ne pleure pas tu vas me faire pleurer ! »

Elles se prennent dans leur bras.

« Tatiana- Tu commences à grandir, tu as ton copain, tu vas te marier et moi je ne suis pas foutue d’être stable, je t’envie j’aimerais tellement te ressembler… »

Waouh, waouh, waouh !

« Julia- Quoi ?? Mais tu es une fille géniale Tatiana ! Toi aussi tu trouveras quelqu’un si c’est ce que tu veux, ça te tombera dessus comme ça nous tombe tous dessus, mais si toi ton truc c’est de ne pas vouloir de poser, c’est ton choix, tu n’as pas à me ressembler, tu le sais, « si proche et si éloignait à la fois »… Dit-elles faisant allusion à un de leur secret commun. »

« Tu n’as pas à m’envier, tu as tout toi aussi, arrête de pleurer maintenant sinon je vais y succomber aussi et mon mascara pourtant waterproof va couler… Finit-elle. »

Elles se mettent à rire et en finissent avec un câlin plein d’amour. Même si elles se montrent aussi différente l’une que l’autre et qu’elles ne l’avouent que rarement, c’est inévitable, elles s’aiment et elles ont un lien de dingue toutes les deux. Trop de sentiment aujourd’hui haha !

On quitte la boutique après avoir réglé la robe et l’avoir mis à livrer à l’adresse de chez Julia, puis nous sommes partis au parc. C’est là-bas où nous avons tous rendez-vous.

« Moi- Pas trop stressée de rencontrer nos proches ? Dis-je tout content.
Tatiana et Julia- Un peu, si !
Chérine- Haha vous verrez ils ne mordent pas, ils sont géniaux ! »

Une fois les autres rejoint, nous avons procédé aux présentations. Adriana, pourtant sauvage, à même fait la bise (à ma plus grande surprise), Mattew leur a sauté dans les bras, tout content de ses retrouvailles, Logan et Noah les accueillirent comme il se doit contrairement à Alexia, qui elle, resta un peu plus sur la réserve pour cause : sa timidité. C’est Tatiana et Julia qui l’ont mis à l’aise et non l’inverse, drôle de journée haha !
Après une bonne heure de papotage, des chants chantés aussi fort que nous le pouvions, des fous rire à en perdre la tête et les deux gamelles que Chérine c’est mangé dans son élan de folie, la journée a vite passé et l’heure fatidique est arrivée… Il est temps.

Arrivé à l’aéroport, un froid s’installe. Vous savez, au moment des adieux, il y a ce long regard qui nous dit « je dois y aller, mais je veux rester », alors on attend, comme si que cela pouvait y changer quelque chose jusqu’au moment où nous n’avons plus le temps et qu’il faut partir.

« Logan- Content de vous avoir rencontré, rentré bien !
Mattew- On exige des photos du mariage hein !!!
Julia- Haha je penserais à vous ! Merci beaucoup !
Tatiana- Merci haha, on se reverra, ce n’est qu’un au revoir !
Chérine- Attention à ce que vous dites, on aurait pu vous donner la poisse et vous allez peut-être mourir sans même avoir rejoint Tahiti ! »

Tout le monde rigole, le moment des câlins interminables arrivent, chacune à leur tour elles nous prennent dans leur bras, s’attardant sur Mattew, Chérine et moi.

« Tatiana- Vous allez nous manquer !
Moi- Vous aussi vous allez nous manquer !
Julia- Ce n’est qu’un au revoir. »

Adriana commence à chanter… Alexia se joint à elle, quoi ? Vous ne connaissez pas la musique « Ce n’est qu’un au revoir » ? Ah, ouf, vous m’avez vraiment fait peur ! :p

L’heure a sonné, avec les gros câlins c’est les larmes aux yeux, mais le sourire aux lèvres que nous nous quittons.

« Ce n’est qu’un au revoir. »

« Moi- Prenez soin de vous, rentré bien !
Julia- Merci, envoyez-nous des photos du bébé !
Tatiana- On pensera à vous ! »

Et elles finirent par disparaître dans la foule au moment d’embarquer, mais ne l’oublions pas « ce n’est qu’un au revoir ».

Cliquez ici pour lire la suite !

Laisser un commentaire