Une enfance inexistante : Chapitre 3

Je le reconnaîtrais entre mille mais qu’est-ce qu’il me veut je décide de laisser mes yeux mi-clos pour faire style que je dort toujours mais je le surveille en même temps …


Les minutes passent il est toujours à côté de moi j’ai peur vraiment très peur je tremble mon cœur qui bat énormément fort. Dans ma tête je me dis qu’il va rien faire qu’il va repartir se coucher mais non il me caresse le bras et la joue mes larmes coulent je n’ai pas pu m’empêcher heureusement il le voit pas enfin il part mon cœur reprend son rythme normal mais je pleure à chaudes larmes je me mets en boule comme si je voulais me protéger et me réconforter en même temps.
J’entends ma tante se lever elle se prépare pour aller au travail je me lève et je lui demande si je peux l’accompagner.

Moi: Tata je peux t’accompagner s’il te plait je veux pas rester toute seule ici
Tata: Tu ne vas pas être toute seule ma puce, il y aura J-Paul avec toi
Oh non je veux pas rester toute seule avec lui je commence a faire un caprice à ma tante
Moi: Mais tata s’il te plait promis je serai sage et je t’aiderai à faire le ménage
Tata: NON c’est non

Je pars dans le salon en pensant que c’est rien il va rien faire

Je me mets devant la télé pour me changer les idées

Ma tante part au travail et lui est là à côté de moi alors qu’il a deux canapés.
J’ai peur, je cours dans la salle de bains mais il réussit à me rattraper, il me force à rester assise à côté de lui , je pleure mais rien n’y fait.
Il se lève et il met un film …
Ça commence normalement et je trouve qu’il a beaucoup de filles dénudées dedans (à l’époque je savais pas que c’était un film porno) je demande l’autorisation d’aller au toilette il accepte ouf j’y vais et je m’y enferme.
Mais quelque minutes plus tard je suis vite en manque d’air : je déteste être enfermé dans des pièces trop petites (claustrophobie), je sors doucement des toilettes pour pas qu’il m’entende mais il est derrière la porte : il m’attendait…

J-P: et bin alors tu as été longue dis moi
Moi : oui désolée
J-P: Viens on va se mettre sous la couverture
Moi: Non c’est bon j’ai pas froid
J-P :C’est pas une question c’est un ordre

Je vais sous la couette et je replie mes genoux sur ma poitrine pour éviter qu’il me touche.
Mais ça ne l’en a pas empêché…

Cliquez ici pour lire la suite

Laisser un commentaire