CHAPITRE 2

( Ma conscience : C’était ça son but, il voulait te voir pile au moment où il allait sortir de prison comme ça, tu vas pouvoir l’héberger, imbécile réfléchis, il est encore en train de se servir de toi.

Mon cœur : Il a changé, tu peux lui faire confiance, il cherche seulement le moyen de se racheter auprès de toi, tu peux bien lui faire une faveur, tu en meurs d’envie. )

Il y avait eu un grand silence entre nous, nous ne faisions rien à par nous regarder dans le blanc des yeux comme quand nous étions jeune, nous nous lancions des regardcomplice par ci par là et je dois bien avouer que le retrouver, retrouver le Liam que j’ai connu au tout début me fait vraiment plaisir et j’ai envie, j’ai réellement envie de croire qu’il a changé, j’ai envie de réapprendre à le connaître, j’ai envie de l’aider, de lui laisser une chance même si, il faut le dire, il ne le mérite pas tellement et je ne devrais pas mais bon, je suis peut être trop gentille…

– Tu peux venir chez moi quelque temps si tu veux. Annonçais-je avec un sourire chaleureux.

– Je ne veux pas t’infliger ça Naya, je ne mérite pas ton aide.

– Tu es sur ? Dis-je avec un regard de défis.

Il me regarde puis il se met à sourire comme un con, il se passe la main sur le visage et il finit par me tendre sa main, je ne comprends pas trop mais il glisse un « Ok » alors je lui sert la main en lui adressant un joli sourire, un sourire sincère.

– A une condition… ou plutôt deux !

– Qu’est ce que tu vas me sortir encore ? Souffle t-il de façon ironique.

– Alors déjà, on ne parle plus de ce que tu m’as fait, on oublie s’il te plaît ET tu vas voir ta sœur et tes parents pour leur annoncer ton « retour ».

– Ce n’est pas une bonne idée Naya, je ne peux pas revenir comme ça après six ans d’absence …

– Ce n’est pas négociable. Affirmais-je avec un regard malicieux.

Il n’a pas tellement le choix d’accepter parce qu’il sait très bien que si il refuse, il n’aura pas de toit et je ne sais pas ou il va dormir et puis de toute façon, il ne peut rien me refuser comme quand nous étions jeune, sa me rire.

Il faut qu’il annonce à sa famille qu’il est vivant même si sa fait très longtemps qu’il ne les a pas vu, ils vont être choqués, c’est sur mais en attendant ils ont soufferts pendant toutes ces années alors le fait de savoir qu’il va bien va les rendre plus heureux que jamais.

– J’ai vraiment fais le con … comment je vais faire pour revenir chez moi ? Qu’est ce que je vais leur dire ? Ils vont me poser pleins de questions et que vais-je répondre ?

– Je ne te le fais pas dire. Riais-je.

Il me donne un coup de pied et nous nous mettons à rigoler sans réelle raison, on profite juste du moment présent sans vraiment trop réfléchir comme ci il ne s’était rien passé et que Liam était un ami que je venais de rencontrer. Sa me fait du bien de penser à autre chose que à mes problèmes pour une fois, je suis comme ailleurs, je ne me casse pas la tête, je vis le moment, je rigole avec un vieil ami, je discute sans être dérangé par mon téléphone qui est éteint.

– Non mais je rigole, c’est sur que ça va être dur de leur raconter tes conneries mais dans tout les cas, ils seront très heureux de te voir alors peu importe ce que tu leur diras, ils n’y feront pas tellement attention.Tu sais, ta sœur était anéantit …

– Je me doute… enfin bref ! On verra ça plus tard, parle moi de toi, j’ai dû louper pleins de truc, je veux tout savoir.

Je ris nerveusement et je lui fais comprendre que je n’ai pas envie de parler de ma vie car il n’y a pas grand chose à dire, c’est le néant totale et puis je n’ai vraiment pas envie de parler de ça aujourd’hui alors que pour une fois, je me sent bien !

(…)

Je suis parti de la prison et je suis désormais chez moi. Je suis dans mon canapé en train de regarder la télévision et je n’arrête pas de sourire, mon sourire ne veut pas partir de mon visage, je me sent conne car je ne sais même pas pourquoi je suis aussi joyeuse. Pourquoi Liam me donnerait le sourire après tout ce qu’il m’a fait ? Pourquoi le fait de l’avoir vu m’a mise de bonne humeur ? Je ne comprends vraiment pas, c’est limite si je ne me connais pas moi même. Hayden qui est mon ami depuis longtemps et qui est une personne que j’adore n’arrive même pas à me mettre dans un tel état, même quand il vient me voir je ne souris pas plus que ça, ce n’est pas normale, enfin c’est bizarre …

Je me dirige dans ma chambre et je décide d’ouvrir toutes les lettres qu’il m’a écrite car je ne les ai pas lues mais je ne les ai pas jeté, elles sont toute dans le tiroir de ma commode. Pourquoi je les ai gardés ? Je n’en sais rien, sûrement parce que je savais qu’un jour je voudrais les lire ou alors parce que je suis trop curieuse. Je n’ai pas forcément de réelle raison, en tout cas, ce soir, nous sommes vendredi, il est vingt deux heures et depuis que je suis rentrée, je pense à lui alors j’ai une soudaine envie de lire ces lettres, je ne sais pas si elles vont me faire sourire ou pleurer mais je veux savoir ce qu’il en est.

J’ouvre mon tiroir et je sors le gros paquet de lettre qui s’y trouve, et oui il n’a pas cessé de m’écrire pendant ces cinq dernières années … Je ne voulais pas les lire car je pensais qu’il avait encore de la haine envers moi et j’étais déjà bien mal à cause de ma rupture avec Logan et tout un tas de choses donc je n’avais pas le cœur pour m’en prendre davantage en pleine figure.

C’est bizarre quand même, pendant cinq longues années il m’a envoyés des lettres à moi, pourquoi moi ? Pourquoi pas sa famille ou quelqu’un d’autre ? Pourquoi il ne me déteste pas, pourquoi il s’accroche à moi ? Aurait-il encore des sentiments pour moi ?

Je me met à rire toute seule dans ma chambre, je n’ai vraiment pas changé, je suis toujours aussi perturbé quand quelque chose me chamboule, je suis toujours cette fille qui se pose cinquante mille questions et qui n’aura jamais de réponse, je suis toujours la fille qui se prend la tête pour un oui et pour un non. Décidément, je ne changerais jamais, je dis toujours qu’il faut vivre le moment présent sans trop se poser de question mais moi même je passe mon temps à le faire, en même temps, je ne peux pas m’en empêcher, un rien m’obsède, je n’aime pas ne pas avoir les réponses à mes questions, je n’aime pas ne pas savoir quelque chose, moi j’aime le concret, j’aime savoir ce qu’il en est, j’aime savoir à quoi m’attendre.

~~

J’ouvre une des premières lettre qu’il m’a envoyé, je souffle un grand coup et je la lis. Je suis presque sur qu’elle est pleine de haine …

[ Naya ne croit pas que tu as gagné parce que je suis en prison, ce n’est pas finit, je ne m’avoue pas vaincu, loin de là. Je reviendrais et je frapperai encore plus fort au moment où tu ne t’y attendras pas ! Profite de ta petite vie pendant que je suis absent mais sache que tu entendras bientôt parler de moi.]

Bon, voilà, je voulais savoir ce qu’il m’écrivait et bien maintenant je sais. Je ne pleure pas, je ne suis pas énervée non plus, je sais qu’il ne pense plus de cette façon, enfin j’espère qu’il est sincère parce que sinon, je sombrerais dans la dépression étant donné que ma vie n’est pas super en ce moment.

~~

Je lis plusieurs autres lettres, à vrai dire, je les lis toute, certaine me font sourire d’autres me font quelque peu monter les nerfs mais j’essaye de garder en mémoire les dernières lettres plutôt que les premières. Dans ces dernières lettres, il ne cesse de s’excuser et il me demande de venir le voir pour qu’on puisse discuter et c’est pour cela que je suis aller le voir cette après midi.

Curiosité quand tu nous tiens…

J’avais besoin de voir par moi même si il était vraiment différent et si il était sincère parce que malgré ce qu’il pourrait croire, je commence à le connaître, je connais ses petits tics et tous ce qu’il fait quand il ment, son corps le trahi, avec tous les mensonges qu’il m’a fait j’ai eu le temps de l’analyser et maintenant, je suis presque sur de pouvoir différencier le vrai du faux, enfin je n’en suis pas totalement sur. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.