Il n’était pas celui que je croyais : Chapitre 88.

CHAPITRE 88

( On est actuellement dans notre chambre et je suis tellement contente que je n’arrive pas à dormir alors que je suis fatiguée. Cette journée était topisime, mon plus beau cadeau était Logan, je retrouve ma moitié. )

Le lendemain je me réveille de super bonne humeur, du coup, histoire de partager ma joie, je me lève et je vais sauter sur le lit de Laurenne et Alyssa qui se trouve juste en face du mien. Je saute, je saute et je cris tout en tournant sur moi même et les filles se réveillent petit à petit avec des têtes de désespérer mais très vite, elles retrouvent le sourire. Un jolie rayon de soleil illumine notre chambre et il arrive pile au lit des filles. Les filles se lèvent et sautent avec moi, elles me lancent des coussins et on rigole puis Mathilde qui a été réveillée par le bruit vient vers nous et elle fait comme nous. La joie est parmi nous, on met la musique à fond et on danse tout en prenant des photos.

 

Je descends du lit et je vais ouvrir la fenêtre qui se trouve près de mon lit et je suis submergé par ce magnifique paysage qui s’offre à moi. Je n’ai vraiment pas l’habitude de voir pleins de bâtiments en face de moi, de très grand building ! Au loin nous apercevons la grande plage de Coney island avec son incontournable fête foraine, tout ce que j’aime. Je souris face à ce que je vois et j’appelle les filles pour faire un selfie avec cette vue en arrière plan.

 

– Il est qu’elle heure enfaîte ? Demanda Mathilde à peine réveillée.
– Il est neuf heures. Répondit Laurenne.
– Ça vous dit d’aller réveiller les garçons ? Dis-je avec un sourire malicieux.
– Tu connais le numéro de leur chambre ? Continua Alyssa.
– Oui oui.

 

On se sourit mutuellement puis nous nous dirigeons vers le couloir où nous faisons le moins de bruit possible pour éviter de se faire choper par les professeurs car nous n’avons pas tellement le droit d’aller dans la chambre des garçons. On se fait discrète, en mode agent secret, on rase les murs, on se cache derrière les pots de fleur dès qu’on entend un bruit et quand on se rend compte que ce n’était rien on rigole. On arrive enfin devant la porte des garçons. Muni de notre enceinte, nous nous préparons à rentrer. Je pose la main sur la porte en regardant les filles, je souris de toutes mes dents et je fais le décompte avec mes doigts, une fois cela fais on déboule dans la chambre en criant et je vais sur mon chéri qui dort avec Hayden donc Mathilde me suit. Je saute juste au dessus de Logan en écrabouillant la jambe de Hayden quelque fois ce qui fait que je me prends de nombreux regard noir.

 

Hayden se lève précipitamment et Mathilde se met à courir.

 

J’avais le regard ailleurs alors Logan en a profité pour me faire une béquille donc je suis tombée sur lui en criant. Je suis allongée sur lui et il me sert très fort dans ses bras, c’est à peine si je peux respirer.

 

– Je vais mourir …
– Ça m’avait manqué ce genre de réveille !

 

Je rigole face à sa remarque puis je me redresse et je l’embrasse tendrement, il répond à mon baiser. C’est la première fois depuis des mois que je me retrouve dans le même lit que lui et que je peux l’embrasser sans être gênée des personnes qui se trouvent autour de nous, je me sent libre ! Avant nous étions toujours l’un chez l’autre, on ne se quittait plus et du jour au lendemain tout a basculé. Il y a eu des hauts, des bas, des drames, tout un tas de choses qui ont durées trop longtemps à mon goût mais c’est enfin terminé.

 

Cette nuit j’avais peur de dormir car tout ce qui s’est passé durant la journée d’hier paraissait tellement incroyable que je n’y croyais pas, je pensais que j’étais dans mes rêves donc en m’endormant ce rêve allait disparaître et je ne voulais pas. Seulement ce n’est pas un rêve, c’est bien réelle !

 

– Sa fait du bien de dormir dans un bon lit hein. Souriais-je.
– Ah ça oui !

 

Quelques minutes après Hayden vient se remettre dans le lit en se recouvrant entièrement avec la couette, je regarde Logan en levant un sourcille pour montrer que je ne comprends pas, du coup je me retourne et je vois les garçons dans leur lit aussi, mais, où sont les filles ? Je m’approche de Hayden et je m’allonge sur lui en lui faisant un bisou sur la joue ce qui le fait sourire, il passe son bras autour de mon cou et on se fait un petit câlin jusqu’au moment où Logan décide de l’interrompre en se mettant sur nous deux.

– Aïe , Aïe Logan tu m’écrase !
– C’est dommage.


Hayden se met à rire comme un con. J’essaye de faire partir Logan mais bien évidement je n’y arrive pas donc je cris ce qui fait rire les garçons encore plus, ils ne sont pas décidés à se pousser. J’ai la tête écrasée entre l’épaule de Hayden et le foutu coussin qui se trouve sur ma tête qui est tenu par la personne qui se dit être mon copain. Je me dandine comme je peux pour réussir à m’échapper jusqu’au moment où je sent quelque chose qui me fait mal au niveau de mon bras, ils ne m’ont pas mordu quand même ?

 

– Putain qui m’a mordu ?
– C’est lui. Disent les garçons en même temps.

 

Hayden arrive à descendre du lit et il me tire pour que je me lève sauf qu’avec son extrême délicatesse il me fait tomber à terre puisqu’il me tirait par la jambe.

 

Je tombe en plein sur mes fesses ce qui me fait grimacer.

 

– Ne fait pas genre tu as eu mal hein avec ton gros boule. Rigola Hayden.
– Je n’ai pas un gros boule déjà.

 

Hayden et Logan se jettent un regard complice et dans la seconde qui suit ils éclatèrent de rire comme deux cons. Je les regarde en mode « Ah ok » et je pars.

 

Je ne sais toujours pas où sont les filles, c’est bizarre …

 

Je vais vers les fenêtres des garçons et j’ouvre leur rideau pour qu’ils se décident à venir déjeuner en bas avec tous les autres. En ouvrant j’aperçois les filles enfermées dehors, je rigole puis je me retourne vers les garçons qui sont tout sourire. Avant de les faire rentrer je les prends en photos pour immortaliser ce moment.

 

– Vous abusez les gars.
-Tu veux les rejoindre ? Dit Edenor avec le sourire.

 

Je ne réponds rien, je lui adresse seulement un petit sourire en coin puis j’ouvre la fenêtre aux filles qui se mettent à gueuler comme des hystériques parce qu’il faisait froid dehors. Ensuite nous descendons accompagner des garçons pour prendre notre petit déjeuner et pour connaître le programme de la journée.

 

(…)

 

Il est désormais dix heures et nous sommes en train de nous balader à Time square sur cette fameuse allée pleine de magasins qui sont différents de ceux que nous trouvons chez nous. Je marche en ayant la main de Logan dans la mienne, on ne se lâche vraiment plus ! On fait des photos, on rigole, on achète des choses dans les magasins que nous aimons, on ramène des souvenirs pour nos familles, on passe vraiment un moment extraordinaire sous ce soleil de plomb qui vient caresser nos visages. Au bout d’un certain temps nous arrivons à l’endroit où il y a de nombreuses personnes qui sont déguisés, avec les filles on rigole trop et on enchaîne les selfis quand on voit nos stars préférées.

 

Les garçons en ont marre de nous ainsi que les professeurs car nous retardons tout le monde, apparemment on est toujours les dernières à sortir des magasins, ceux à la ramasse qui marchent trois kilomètres derrière mais on profite, on ne veut pas louper une miette de cet endroit splendide.

 

– Yeeah Mickaël Jackson ! Rigola Alyssa.

 

On cour vers elle avec les filles car elle était un peu plus loin de nous. Les garçons nous rejoignent en nous imitant puis Logan et Hayden se mettent à danser comme Mickaël Jackson enfin « Comme » est un bien grand mot, ils font n’importe quoi mais ils sont tellement drôles ! Je les filmes et nous continuons à avancer car on est encore une fois les derniers.

 

Le voyage aurait été vraiment différent si Hayden et Logan n’avaient pas été là. Ils sont vraiment notre dose de bonheur à nous, notre source de joie. Ils savent nous faire rire au éclat à tout moment, ils sont gentils, attentionnée, ils sont géniaux !

 

(…)

 

Il est vingt et une heure et nous sommes actuellement sur la plage que nous voyons par la fenêtre de l’hôtel, cette plage ou il y a la fête foraine. Cette endroit est encore plus beau de près que de loin, quand je le voyais de la chambre, je ne pensais pas que c’était si grand mais en tout cas j’adore car comme il fait noir, il y a tout plein de lumière et il y a une bonne ambiance.

 

Je marche sur le sable pied nu avec mes chaussures à la main, j’avance vers la mer tout en souriant et en réfléchissant. C’est jolie la plage quand il fait noir, les vagues sont toute douce ce qui est apaisant. Je lève la tête et regarde les étoiles, le ciel est tellement découvert qu’on peut toute les apercevoir.

 

Je me demande ce qu’il se passe à Bordeaux avec Liam, je ne devrais pas penser à ça et je le sais mais je ne peux pas m’en empêcher. Je me demande combien de temps il va rester en prison, si un jour il va s’en vouloir de m’avoir fait tant de mal, si il va regretter ce qu’il a fait. Au fond, je ne sais pas trop ce que je veux savoir et je ne sais pas si je veux réellement savoir car si moi de mon côté je me fais du souci pour lui, lui je ne pense pas qu’il se préoccupe de moi, peut être qu’il ne regrette pas du tout ce qu’il m’a fait. Je n’en sais rien mais en tout cas ça me perturbe…

Quelqu’un pose ses mains sur mes épaules ce qui me fait sursauter, on me fait un bisou dans le cou ce qui me fait sortir de mes pensés.

– À quoi tu penses bébé ?
– Rien d’important. On va rejoindre les autres ? Dis-je avec le sourire.

 

Je commence à partir mais sans grande surprise il me retient, je savais qu’il ne me croirait pas. Je ne sais pas pourquoi je perds mon temps à lui mentir alors que à chaque fois il le remarque.

 

– Naya, dis moi …. Murmura Logan.
– Je pensais à Liam mais je n’ai pas envie d’en parler.

 

Pour une fois il n’insiste pas, il me prend dans ses bras et il me chuchote dans l’oreille « On en parlera quand tu seras prête chou ». Je souris face à sa patience et je l’embrasse puis nous rejoignons les autres.

 

CHAPITRE 88

Cliquez ici pour lire la suite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.