Il n’était pas celui que je croyais : Chapitre 68

En réfléchissant, je me rends compte que je n’aurais pas du lui laisser ce petit mot, ça va empirer les choses mais c’est la colère qui a parlé, je ne peux pas croire qu’il pense ça de moi.

C’est vexant !

Je suis de retour chez moi et pendant tout le long du trajet j’ai repensé à la personne qui aurait pu dire à Logan que je le trompe avec Carter. C’est vraiment n’importe quoi et je ne vois pas qui pourrait dire une chose pareille. Je ne serais pas capable de le tromper pendant plus d’un mois, je n’arriverais pas à faire semblant surtout que je ne sais pas mentir donc j’aurais directement été cramée…

Je me demande si ce n’est pas Alyssa mais je ne vois pas dans quel intérêt elle ferait ça. En ce moment, elle est bizarre, certes mais je ne vois pas pourquoi elle voudrait casser mon couple.

Ce n’est vraiment pas possible tout ça encore !

Il est dix huit heures passées et je monte dans ma chambre sans parler à personne et sans manger. J’ai qu’une seule envie, c’est dormir car demain est un autre jour…

Je me change, je me mets tranquillement dans mon lit au chaud et je prends mon téléphone avec moi. J’ai besoin de parler avec quelqu’un de ce qui vient de se passer. J’envoie un message à Carter pour savoir si je peux l’appeler et quelques minutes après il m’appelle.

《 Appel 》

[Carter] heey, ça ne va pas ?
[Moi] Tu as dit à Logan qu’on était ensemble ?

Je l’entend rire au bout du fil puis un long silence s’installe entre nous.

[Moi] Carter, répond moi. Je ne rigole pas du tout.
[Carter] Pourquoi je ferais ça ? Je ne vais jamais voir Logan en prison, je ne lui parle même pas. Alors je ne vois pas pourquoi tu penses à des choses pareilles, tu es vraiment chiante tu n’as toujours pas confiance en moi !
[Moi] ça va, ça va, désolée… -Silence- Cartouuu ?
[Carter] Explique moi l’histoire, pourquoi tu penses ça ?
[Moi] J’ai été voir Logan en prison, comme à mon habitude puis quand je suis arrivée, j’ai vu qu’il était énervé alors que moi j’étais trop contente de le voir parce que je m’étais pris la tête avec Alyssa et puis bah… il m’a dit que je le trompais depuis le début avec toi et… il est parti. Je n’ai pas eu le temps de lui répondre ou autre.
[Carter] Mmmh, comment il peut savoir fin…. tu vois ce que je veux dire.
[Moi] Justement je n’en sais rien, je ne vois pas qui pourrait dire une absurdité pareille…
[Carter] Dis que je suis moche aussi.
[Moi] Je le dis mddr, breeef, tu ne vois pas qui aurait pu lui dire ça ?
[Carter] Connasse ! Et ben… non désolé.

Bon déjà, ce n’est pas lui. Je me doutais qu’il n’aurait pas pu dire ce genre de chose à Logan mais je ne sais pas pourquoi j’ai eu besoin d’en avoir le cœur net …

« Il y a des gens comme ça, qui nous collent à la peau. Même si on les a perdus. Même s’ils sont devenus des étrangers. Même si on ne les voit plus très souvent. Même si le temps, la vie, les chemins qui se séparent, les ont éloignés. Il y a des gens comme ça qui nous ont donné tellement de souvenirs, tellement de sourires, qui nous ont tellement vendu du rêve, qui nous ont tellement fait grandir, qu’ils finissent par nous suivre partout, qu’ils soient là ou pas »

Le sommeil me vient d’un coup. Je suis exténuée par cette journée pleine de prise de tête.

(…)

Plusieurs heures plus tard, je me réveille en sursaut car j’ai l’impression que quelqu’un a posé la main sur moi. Sauf qu’en ouvrant les yeux, je ne vois personne.

Je prends mon téléphone pour regarder l’heure qu’il est et il est seulement vingt deux heures, je m’apprête à descendre quand j’entends encore un bruit venant de je ne sais où.

Je commence sérieusement à flipper.

Je n’arrête pas de faire des cauchemars depuis que Liam est mort et parfois ils me paraissent tellement vrais que j’ai l’impression que c’est la réalité, c’est sûrement pour cela que j’ai senti quelqu’un me toucher, je devais être en train de rêver.

Je descends en bas dans la cuisine pour aller manger un petit bout. Je commence à avoir faim, je vais me préparer un petit casse croûte enfin je prendrai ce que je trouverai.

En arrivant en bas, je vois Tyler dans le canapé à regarder la télé, il tourne la tête vers moi et il me sourit.

– Tu ne dors pas choux ? Demande t-il.
– Je… je viens de me réveiller.
– Tu as encore fait un cauchemar ?
– Je ne sais pas trop, j’ai senti quelqu’un me toucher… Dis-je.

Il s’approche de moi et il vient me prendre dans ses bras. Il sait que je fais souvent des cauchemars, je lui raconte car j’ai besoin d’en parler à quelqu’un, je ne peux pas garder tout pour moi. Parfois je dors même avec lui mais ça m’embête parce que je ne vais pas éternellement dormir avec lui.

Il me propose de me faire à manger et je ne refuse pas, pour une fois je profite de sa gentillesse.

Je m’assoie dans le canapé et je m’entoure du plaid.

(…)

Je dors profondément mais certaine images me viennent en mémoire. Je vois Liam mort avec plein de sang, je gémis et je ne cesse de tourner et me retourner dans mon lit quand je sens encore une fois quelqu’un me toucher mais avec plus de force que tout à l’heure.

Mes yeux s’ouvrent, je suis un peu paniquée car je ne vois personne mais je sens une main sur ma bouche puis quelqu’un s’assoit sur moi. Mes bras sont bloqués par ses jambes, je ne peux pas bouger ni même parler.

– Je t’ai manqué bébé ? Dit une voix qui m’est familière.
– huum, humm …

Je reconnaîtrais cette voix entre mille… mais je n’arrive pas y croire, je délire complètement. Il me parle mais sa main est toujours sur ma bouche donc je ne peux pas répondre, pourtant j’en meurs d’envie.

Il me dit clairement de ne pas faire de bruit et sa main s’enlève délicatement de là où elle était.

– Je rêve, je rêve, ce n’est qu’un rêve … Répétais-je.
– Eh non, tu ne rêves pas, tu deviens folle !

J’essaye de bouger pour allumer la lumière mais je n’y parviens pas. Je n’arrive même pas à crier ma voix est complètement coupée. De toute façon, tout cela n’est qu’un rêve, crier ne servirait à rien.

Je ne suis pas en train de devenir folle, pourquoi il dit ça ? C’est seulement un rêve, un simple rêve, tout ça n’est pas réel !

– Tu es mort Liam, mort …
– Tu en est sûre ? Répondit-il.

Celui ci commence à monter ses mains, elles se baladent sur mon corps en insistant sur ma poitrine, ses mains baladeuses s’arrêtent sur mes joues et je le sens bouger puis ses lèvres se collent aux miennes, il m’embrasse et je suis impuissante face à cela.

– D’après toi, je suis toujours mort ? Reprit-il avec un ton rieur.

Je me mets à pleurer. Il ne peut pas être vivant, il ne peut pas être dans ma chambre à cet instant précis.

IL EST MORT.

Je déraille, ça ne va vraiment plus, il faut que je me reprenne.

– C’est impossible, ce n’est pas possible, je n’y crois pas ! Continuai-je en paniquant.
– Embrasse moi encore bébé ! Chuchote t-il tout en s’approchant de moi.

Il se met à califourchon sur moi en enlevant ma couette puis ses mains froides viennent se mettre sur mon ventre.

Je frissonne.

Il ne peut pas me faire d’effet, c’est seulement la fraîcheur de ses mains et rien d’autre.

Il m’embrasse encore une fois et comme tout à l’heure, je ne bouge pas. Je suis comme paralysée, je pleure et je voudrais crier, hurler mais rien ne vient.

Tout ça est faux, je ne suis pas en train de tromper Logan, c’est un simple rêve, un peu trop réel à mon goût mais un rêve quand même.

Mon imagination me joue des tours…

Il descend vers mon cou tout en me caressant la joue et il me fait mal, je grimace puis il s’arrête, pose un dernier baiser sur mes lèvres puis il s’en va mais avant il me dit avec le plus grand des calme.

– Je t’ai laissé un souvenir pour demain matin. A très vite bébé.

PDV EXTÉRIEUR

Logan tourne en rond dans sa cellule depuis qu’il a appris la fameuse nouvelle qui l’a littéralement fait péter un plomb, il frappe dans les quatre petits murs qui l’entourent, il fout en l’air son lit, il a les mains qui brûlent et qui commencent à devenir violette mais il s’en fiche, il continue car il veut oublier, oublier l’espace d’un instant que pendant que lui est enfermé, sa copine s’amuse avec un autre garçon que lui. Seulement, si il avait écouté sa petite amie il aurait compris que tout ça n’était que mensonge et il ne serait pas dans cet état là à cet instant …

Quant à Alyssa, elle est dans sa maison, plus précisément dans sa chambre, seule, elle est seule alors que quelques minutes auparavant un garçon se trouvait avec elle, cependant il est sorti mais avant il a prit soin de lui donner un verre avec de la poudre blanche pour qu’elle s’endorme tranquillement et qu’elle n’ait pas conscience de ce qu’il se passe, pour éviter qu’elle comprenne qu’elle héberge un inconnu, qu’il se sert d’elle et que à cause d’elle, avec son aide, d’autres vont souffrir…

Naya est dans son lit depuis un bon moment maintenant, elle est descendue manger vite fait puis elle a discuté avec son frère, il l’a câlinée, l’a rassurée et elle est repartie au lit. Elle s’est vite rendormie mais son sommeil était agité, elle tournait à gauche, à droite, sa couette volait, elle poussait de petits cris et quelques gouttes de sueur coulaient sur son front. Puis sans que qui ce soit comprenne, quelqu’un entra dans sa chambre par la fenêtre, cette silhouette se positionna sur Naya et ce fut le drame, il parlait, il chuchotait et Naya faisait de même en essayant d’être discrète, elle pensait que c’était un rêve alors elle ne voulait pas épuiser son énergie inutilement mais elle se mit à pleurer sauf que aucun son ne sortait de sa bouche, sa mâchoire était crispée et ses larmes coulaient à flot. Une fois que ce manège était fini, elle resta longtemps à pleurer dans son lit, elle ne bougeait plus, elle restait dans la même position en touchant ses lèvres pour savoir si ce qui venait de se passer était réel ou non mais avec le stress, l’inquiétude et la peur, elle n’a pas réussi à distinguer le vrai du faux, elle est perdue.
Il est maintenant cinq heures du matin et elle se lève dans une petite heure mais elle n’a pas réussi à dormir depuis l’apparition de « Liam », ses yeux sont restés ouverts pendant tout ce temps, ses bras sont restés figés au même endroit depuis tout ce temps tout comme ses jambes, sa tête et sa couverture.

Tyler était encore dans le salon au moment où le garçon s’est introduit dans la chambre de sa sœur, il entendait des petits gémissements mais il était trop concentré dans son jeux vidéo. En général il va la réconforter, il monte dans sa chambre, il dépose sa main sur son front et il le caresse doucement sauf que là il n’a pas bougé alors qu’il aurait dû…

Cet étrange garçon redescend dehors en passant par la fenêtre, il a le sourire aux lèvres, il ne cesse de sourire comme un débile, sûrement un sourire de satisfaction ou alors un sourire de vainqueur. Il sort son paquet de clope de sa poche puis il commence à fumer tout en passant sa main dans ses cheveux, il se dirige vers sa maison ou plutôt la maison qu’il squatte.
En arrivant, il enlève ses chaussures et il se jette dans le canapé en ayant son bras sous sa tête, il sourit encore tout en fixant le plafond puis il murmure un « C’est que le début » entre ses dents, il prend son téléphone et compose un numéro à plusieurs reprises mais jamais personne ne répond ce qui le fait sourire davantage.
Que cache cet affreux sourire ?

Cliquez ici pour lire la suite !

 

Laisser un commentaire