Il n’était pas celui que je croyais : Chapitre 67

Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller vers lui pour l’embrasser une dernière fois avant longtemps.

Je l’aime, je l’aime, je l’aime tellement et je l’attendrai !

Un long mois s’est écoulé.

Durant tout ce mois de Février, j’allais voir Logan en prison et j’avais la fierté de voir qu’il allait bien, qu’il tenait le coup. Ça me faisait vraiment plaisir de le voir et lui aussi était très content.

On sait tout les deux qu’on a du mal à digérer ce qu’il se passe mais on fait avec, c’est comme ça. On en parle pas, il a retrouvé sa positivité et il vit au jour le jour comme avant, comme j’aime le voir. Il sait très bien que ce n’est pas demain ou après demain qu’il sortira mais bel et bien en Janvier prochain… Oula, dit comme ça, ça paraît affreusement long ! Je préfère me dire que le mois de Février doit se terminer puis le mois de Mars et que ça passera vite…

~~

Une nouvelle journée commence.

C’est parti pour une nouvelle semaine de cours, vivement que j’en aie fini avec mes études en plus sans Logan, je n’ai pas la motivation d’y aller. Il est toujours derrière ou devant moi, plus souvent derrière moi pour m’emmerder alors que maintenant sa place est vide et Hayden et Edenor sont seuls… Ça fait vraiment bizarre, j’ai perdu mes petites habitudes.

J’arrive au Lycée en compagnie de mon frère. Il part rejoindre ses potes et moi les miens.

En ce moment je trouve qu’il y a quelque chose qui cloche avec Alyssa, elle n’est pas comme d’habitude, je ne sais pas ce qu’elle a. Quand elle m’a vue, elle a baissé les yeux et c’est ainsi tous les matins, comme si elle avait quelque chose à se reprocher, mais quoi ? Je n’en sais rien.

Elle était timide au début car elle ne connaissait personne mais petit à petit, elle s’est faite une place dans le groupe et on s’est tous rendus compte que c’est une fille géniale qui n’avait pas sa langue dans sa poche.

J’essaye d’en savoir plus, je fais le premier pas mais à chaque fois, elle s’en va, c’est moi le problème en fait…

Je me décide à dire bonjour aux autres car ça fait plusieurs minutes que je suis en train d’analyser Alyssa mais sans bouger, je devais être à trois mètres d’eux comme une débile.

Je fais mine d’aller bien enfin je vais bien, il faut juste que j’évite de penser à Logan, trop tard …

Bref, il faut que je me concentre sur mes cours et que je donne la joie de vivre à ceux qui m’entourent.

– Hey, hey, hey ! Dis-je enthousiaste.
– Ho, ho, ho. Répondit Hayden en imitant le père noël.
– pff drôle.
– Toujours.
– Bon, laisse moi dire bonjour aux autres.

Au lieu de m’écouter, il me prend dans ses bras en serrant fort ses bras au niveau de ma tête puisque j’étais en face de lui donc j’ai la face écrasée contre son torse. Je rigole mais il m’énerve dès le matin, je lui donne des petites tapes et il finit par me lâcher.

Je finis donc mon petit tour pour faire la bise à tout le monde.

(…)

On commence par sport donc on file vers le gymnase et sur le chemin je suis bien décidée à aller parler à Alyssa pour savoir quel est le problème parce que je ne supporte pas les personnes qui font la gueule sans raison ou du moins qui ne cherchent pas à s’expliquer. C’est sûr que si on n’en parle pas, ça ne s’arrangera pas, si ça peut s’arranger…

– Eh oh, Alyssa !

Elle accélère le pas sans même se retourner ou me répondre. Elle a dû reconnaître ma voix et elle a foncé…. qu’est ce qu’elle est chiante quand elle est en colère, c’est impossible de discuter avec elle et je n’aime pas du tout ça.

Je cours encore une fois vers elle et je l’attrape par le bras, elle tourne la tête dans ma direction et elle tourne des yeux.

– Qu’est ce que tu as ? Je ne comprends pas. Pourquoi tu m’évites ?

« Les gens oublieront ce que tu as dit, ils oublieront ce que tu as fait, mais ils n’oublieront jamais ce que tu leur as fait ressentir »

– Rien ! Répondit-elle sèchement.
– Dis moi non ? Ne fais pas ta gamine sérieux.
– De nous deux la gamine c’est bien toi, tu ne mérites pas ce que tu as ! Crache t-elle avec des yeux bizarre.
– Q… quoi ?

Elle est partie, elle fuit …

Je crois qu’elle ne voulait pas dire ça car après l’avoir dit elle s’est sentie mal à l’aise, je le sais, je la connais. Par contre, je ne saurais dire si elle le pensait ou non.
Finalement, je n’ai pas plus d’informations qu’au début mais une chose est sûre, j’ai fait quelque chose de travers…

(…)

Il est seize heures, la journée était aussi chiante que les autres depuis qu’Alyssa ne me parle plus. Déjà que ça me perturbe parce que je ne sais pas la raison mais en plus le groupe est en quelque sorte divisé.

Une atmosphère plutôt pesante planait au dessus de nous.

Je vais directement à la prison pour voir mon chéri. Le seul moment de bonheur de la journée avec le moment du trajet où je suis toute seule dans le bus avec ma musique, c’est reposant.

En arrivant, je me dirige au même endroit que d’habitude, ce chemin que j’emprunte tous les jours depuis un peu plus d’un mois.

Je le vois assis à une table autour des autres détenus de son âge, mon sourire s’agrandit alors que lui reste stoïque.

Je l’enlace puis on s’embrasse rapidement pour ensuite nous asseoir.

– Ta combinaison orange te va bien au teint ! Dis-je sur un ton moqueur.
– Je n’ai pas envie de rire avec toi.
– Mon bébé… Murmurai-je d’un air triste : Tu as l’air content de me voir…
– Tu t’amuse bien sans moi hein ?
– Comment tu veux que je m’amuse sans toi ? Tous les matins c’est dur d’aller en cours parce que premièrement tu ne viens plus me chercher et deuxièmement tu n’es même plus dans ce putain de bahut avec moi. Franchement, je n’ai pas passé une bonne journée alors n’en rajoute pas, j’avais vraiment hâte de venir te voir ! Mais toi, apparemment …
– TU ME TROMPES AVEC CARTER DEPUIS LE DÉBUT PUTAIN ! Me coupa Logan en hurlant et en tapant son poing contre la table.

Je reste choquée sur place face à sa remarque, il n’est pas dehors alors comment il pourrait savoir une telle chose, quelqu’un lui aurait dit des bêtises sur moi, qui pourrait dire ce genre de chose ?

C’est dingue, à chaque fois qu’on est à peu près tranquille, il faut que quelqu’un vienne tout gâcher, tout détruire en un rien de temps. Logan avec son impulsivité prend tout au sérieux quand il s’agit de moi, il n’attend jamais d’avoir ma version des faits, il s’en fiche, il s’énerve et je ne peux plus lui parler jusqu’au moment où il se calme, c’est à dire … au bout d’un certain temps ! Surtout que comme il est en prison, si il n’a pas envie de me voir, c’est simple, il a juste à refuser le droit de visite …

Je me retourne et je vois tous les regards posés sur moi, tout le monde me regarde avec de la peine et il y en a même certains qui rigolent. C’est sympa tout ça, tout le monde est au courant de ma pseudo vie, je passe pour une grosse salope qui trompe son copain pendant qu’il est en taule.

Quand je me remets face à lui, je ne le vois plus, il n’est plus devant moi, je le cherche puis je me rends compte qu’il est parti …

Avant de partir, je passe à l’accueil et je prends une petite feuille qui se trouvait dans mon sac pour laisser un mot à Logan comme il n’a pas voulu me parler davantage.

– Bonjour, excusez moi. Vous pouvez laisser ce mot à Logan Moreno s’il vous plaît ?
– Oui, bien sûr, pas de problème.

– pour Logan –

Je vais pleurer à Carter puisque c’est le seul qui est présent pour moi ! 😉

Je tends le bout de papier à la personne qui est devant moi. Elle me sourit et elle s’en va sûrement pour transmettre le mot.

(…)

Je suis dans le bus, j’ai la tête posée contre la vitre et j’ai la musique à fond dans mes oreilles, je regarde les voitures défiler à côté de moi et en même temps, je réfléchis. J’ai envie de pleurer, ce n’est pas facile tout ce qui se passe en ce moment alors si en plus de tout ça Logan ne veut plus me parler, je ne vais pas réussir à tenir le coup…

En réfléchissant, je me rends compte que je n’aurais pas dû lui laisser ce petit mot, ça va empirer les choses mais c’est la colère qui a parlé, je ne peux pas croire qu’il pense ça de moi.

C’est vexant !

Cliquez ici pour lire la suite !

 

 

Laisser un commentaire