Il n’était pas celui que je croyais : Chapitre 33

Je prends quand même sur moi pour passer une bonne soirée pour ses dix huit ans.

On met nos problèmes de côté et la soirée bat son plein.

Voila, la soirée d’anniversaire d’Eden est terminée.

C’était plutôt pas mal, ses amis sont super sympas, autant les filles que les garçons. On a bien rigolé tous ensemble.

Néanmoins, parfois Eden s’approchait trop de moi quand on dansait, c’est vrai qu’il était complètement bourré, ce qui est bête puisque c’était quand même sa soirée.

Ça rappelle la soirée que nous avons passée ensemble le soir où nous nous sommes rencontrés…

Quand il abusait, je le repoussais bien évidement.

Il était très content de ses cadeaux qu’il a ouverts le matin puisqu’il n’était pas en état de le faire durant la soirée.

Le mien l’a tout particulièrement touché puisque j’ai tapé dans le mile, c’est tout à fait son goût.

On dit souvent que la nuit porte conseil et bien pour une fois je suis d’accord.

Pendant ma nuit, j’ai réfléchi sur le fait de rester chez lui ou de rentrer.

J’ai finalement choisi de ne pas mettre en péril ma relation avec Logan. J’hésite également à lui dire que je rentre car je sais pertinemment qu’il me demandera pourquoi et que je n’oserai pas lui dire la vérité malgré moi, si jamais il apprenait que je suis rentrée et que je ne lui ai pas dit, ça ferait encore plus d’histoires…

/ Quatorze heures /

Je suis tranquillement dans la chambre en train de faire ma valise.

Une chose est sûre, je ne serai pas restée très longtemps en sa compagnie… Pourtant quand on faisait des skype ça se passait très bien entre nous. Il ne faisait aucune allusion au fait qu’il éprouvait encore des sentiments pour moi.

Je ne lui ai pas encore annoncé mon départ mais il doit bien se douter que je ne peux pas rester.

/ APPEL LOGAN /

– Pour une fois que tu m’appelles ! Dit Logan.
– Je vais faire comme si je n’avais pas entendu ! Ça va mon chou à la crème ?
– Ta gueule !
– Eeeeeeen, calme toi coco des îles ! Ajoutai-je pour l’énerver.

J’entends son rire puis il continue de parler.

– Si tu continues avec tes surnoms pourris, je raccroche je te jure.
– Arrête je t’ai entendu rire…

/ FIN D’APPEL /

Ah ouais, il ose me raccrocher au nez ! Il est de bonne humeur pour changer celui là.

Je le rappelle mais monsieur s’amuse à ne pas décrocher, c’est un gros gamin.

J’y arrive après de nombreuses tentatives puisque je voulais quand même lui dire que j’ai un train à quinze heures donc j’arriverai vers vingt heures et il faut qu’il vienne me chercher.

– Tu fais quoi ? Demanda Eden avec une voix tremblante.
– Je.. Je pars Eden !
– Nan, reste stp… Me supplie t-il.
– Désormais je suis gênée en ta présence…

Il s’assoit sur son lit en mettant ses mains sur son visage. Je me mets à côté de lui en passant timidement ma main sur son épaule, j’y pose mon menton en faisant une tête d’enfant toute mignonne en espérant le faire rire.

Il se tourne vers moi et me prend dans ses bras pendant un long moment.

Il chuchote à mon oreille « J’ai tout gâché, désolé… désolé. ».

/ Quatorze heures quarante cinq /

J’ai dit au revoir à tout le monde sans dire la vraie raison de mon départ.

J’ai remercié sa famille de m’avoir accueillie, c’est vraiment des gens géniaux !

Eden et moi, sommes dans la voiture en direction de la gare.

Aucun de nous ne décroche un mot, je n’arrête pas de le regarder, son regard est fuyant, il évite le mien.

/ Éclipse du trajet /

Le trajet m’a paru interminable !

Je suis tellement fatiguée avec la soirée d’hier vu que je n’ai pas beaucoup dormi puis j’ai passé toute l’après midi dans le train, il y a mieux comme journée je pense.

Je vois Logan au loin sur son téléphone comme d’habitude.

Il ne m’a pas vue alors j’en profite pour regarder ses moindres faits et gestes.

Il lève enfin la tête et regarde autour de lui jusqu’au moment où il m’aperçoit.

Ses magnifique yeux Marron/vert se posent sur moi, son sourire de charmeur apparaît sur son visage, il est tellement craquant quand il fait ça.

J’accélère le pas, petit à petit je me mets à courir. Son sourire devient de plus en plus grand.

Quand j’arrive à son niveau, je lui saute dessus. Il me prend dans ses bras et me fait tourner. Enfin je retrouve ses bras, son odeur que j’aime tant, je le retrouve lui tout simplement.

Je reste dans ses bras, il me porte toujours et je décide de commencer la conversation en faisant la fille énervée pour l’embêter, on ne change pas les bonne vieilles habitudes !

– Déjà, je ne devrais même pas te parler comme tu m’a raccroché au nez !

Je fais la moue en essayant de descendre de ses bras mais je n’y arrive pas. Je le tape doucement et je bouge dans tous les sens.

Il se moque de moi et commence à avancer sans pour autant me lâcher.

– Allez, on y va gros bébé.
– Tu es chiaaant !
– Moi aussi je suis content que tu sois rentrée. Dit-il avec un joli sourire.

/ Vingt deux heures /

Logan m’a déposée chez lui et non chez moi.

On a mangé tous les deux dans notre coin car ses parents avaient déjà mangé. On a parlé de tout et de rien comme d’habitude mais on en n’est toujours pas venus au sujet du pourquoi je suis rentrée plus tôt que prévu.

On monte dans sa chambre et comme par hasard pile à ce moment, son frère ouvre la porte de sa chambre et s’approche de nous.

– Oh, la moche est déjà de retour. Dit Gabi avec le sourire.
– ferme là du con.
– Cours ! Ordonne t-il.

Je n’ai pas réfléchi, j’ai déboulé les escaliers à toute vitesse, suivie de près par Gabriel.

Il m’attrape et me fait voler sur le canapé en me donnant plein de petites claques un peu partout.

– Stop, stoop, stooooop ! Hurlai-je.

(…)

Je suis retournée dans la chambre de Logan qui était tranquillement assis sur son lit alors que pendant ce temps je me faisais martyriser.

Je vais m’asseoir sur lui et je l’embrasse délicatement, pour une fois que je fais le premier pas.

Je pense que c’est le moment parfait pour lui offrir la montre que je lui ai achetée, c’est comme une façon de me faire pardonner comme je suis gênée et j’ai peur qu’il pose LA question…

– J’ai un cadeau pour toi. Annonçai-je avec un grand sourire.

Je lui tends la petite boite et j’attends qu’une expression se fasse voir sur son visage.

Il ouvre doucement la boite, regarde ce qu’il y a à l’intérieur, me regarde puis sourit de toute ses dents, il l’accroche à son poignet tout en la contemplant !

– Tu as quelque chose à te faire pardonner ? Rigole Logan.
– Les gens normaux disent merci.

Il se rapproche de moi et me prend dans ses bras en me faisant basculer sur le lit.

Il me chuchote un « Je ne suis pas normaux » en insistant bien sur les dernière syllabes et je ne peux me retenir de rire.

Il est trop bête !

Il se redresse et me regarde comme si il venait de comprendre un truc.

– Attends, attends… pourquoi tu es rentrée avec autant d’avance ? Demande t-il avec un regard interrogateur.

La question que je ne voulais surtout pas entendre… mais je savais qu’il allait me la poser un à moment ou à un autre.

– Il devait aller chez ses grand parents qui habitent assez loin. Je me sentais en trop… Mentis-je.

Il me fixe intensément dans les yeux, comme si il essayait de lire en moi.

Il sait très bien que ce regard me déstabilise.

Je vais devoir lui dire la vraie raison car je n’aime pas mentir et que je ne suis jamais vraiment crédible.

Je ne sais pas mentir …

– Ooook…, Eden a encore des sentiments pour moi et il… il…
– IL QUOI PUTAIN ?! Crie t-il en me coupant.
– Il a tenté quelque chose…
– IL T’A EMBRASSEE CE CONNARD ?
– non !

Il part de la chambre en claquant la porte.

Je sais qu’il est énervé, pourtant son visage ne montre aucun signe d’énervement, il reste de marbre.

Ce sujet allait forcement être une source de conflit pour nous, j’aurais réagi exactement pareil de mon côté mais si je suis rentrée, c’est pour une raison !

Je descends pour le trouver et lui parler.

En bas, je ne vois personne, pourtant j’ai cherché partout.

Je remonte encore une fois pour aller dans la chambre de son frère.

Je frappe, il me dit d’entrer, c’est donc ce que je fais.

– Tu n’as pas vu ton frère ? L’interrogeai-je.
– Nan la moche !

(…)

Je l’appelle plusieurs fois et je lui envoie plusieurs messages auxquels il ne répond pas.

Je sors pour voir si il est allé à l’endroit où nous nous retrouvons souvent, c’est à dix minutes à pied environ.

A cause de son cinéma, je me retrouve dehors, en pleine nuit à le chercher, ça me saoule vraiment.

J’arrive au parc.

Il fait sombre, je ne vois vraiment rien mais je pense réussir à pouvoir distinguer une ombre si il y avait quelqu’un autour de moi.

Il n’y a encore une fois personne.

Mon téléphone vibre dans ma poche ce qui me fait sursauter.

/ APPEL /

– Na… ya Logan a eu un accident ! Bafouille Gabi.
– QUOI ? NAN SÉRIEUX CE N’EST PAS DRÔLE !
– Rejoins nous à l’hôpital. Dit-il en étant plus que sérieux.

/ FIN APPEL /

Je m’écroule au sol en lâchant mon téléphone, ce qui le fait bien évidement tomber par terre.

Mes larmes coulent à flots sur mon visage, il m’est impossible de les arrêter.

Je me tire les cheveux, prête à les arracher.

– AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. NAN POURQUOOOI, PUTAIN POURQUOI. Criai-je de toutes mes forces.

C’est de ma faute.

Si il lui arrive quelque chose de grave je ne pourrai jamais me le pardonner.

Nos dernières paroles auront été une vulgaire dispute. Je savais très bien qu’il n’allait pas aimer la raison de mon retour mais je ne pensais pas qu’il le prendrait aussi mal…

C’est vrai, ça ne fait pas si longtemps qu’on est ensemble.

PDV LOGAN

Naya vient de m’annoncer qu’Eden, son ex, avait encore des sentiments pour elle et qu’il avait essayé de faire quelque chose avec elle.

Je n’ai pas chercher à avoir davantage d’explications que je suis parti de la chambre en claquant la porte.

J’ai pris ma voiture et j’ai roulé à fond, je ne savais même pas ou j’allais.

En général, dans ces moments là, je vais chez Liam mais comme on ne se parle plus, ça ne sert à rien d’y aller.

Je voulais aller chez Jason mais il doit sûrement être avec Brooke et puis il habite plutôt loin !

Ça fait seulement une semaine qu’on est ensemble, en revanche, j’ai des sentiments pour elle depuis bien plus longtemps.

J’ai pris mon temps pour satisfaire cette fille car je savais qu’elle n’était pas comme toute les autres.

Je ne lui ai pas sauté dessus du jour ou lendemain, j’ai attendu qu’elle soit prête à aller plus loin !

Je n’étais même pas concentré sur la route, je me refaisais en boucle les paroles de Naya dans ma tête.

Je devenais fou à l’idée qu’un autre gars que moi l’ai touchée.

C’est ma copine, la mienne, à moi et personne d’autre.

J’ai grillé un stop sans vraiment le faire exprès et une voiture m’a percuté de plein fouet.

Il roulait si vite que je n’ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit et lui non plus, il n’a apparemment pas réussi à ralentir.

En l’espace de quelques secondes, je me suis retrouvé à faire pleins de tonneaux, les vitres de ma voitures se brisaient, je protégeais mon visage pour éviter d’en recevoir dans la figure mais tout se passe tellement vite que je perds tous mes moyens.

Ma vue devenait trouble.

Je dois avoir de nombreuses blessures sur mon corps, je n’arrive pas à bouger,j’entendais encore la sirène des pompiers au loin puis plus rien…

Cliquez ici pour lire la suite !

 

Laisser un commentaire